Un travailleur social de Monaco exprime son attachement au village de Tende et raconte la vie des villageois

Auteur(s) :
commanditaire : MSH de Nice
enquêteur : Chatelain, Sabine
informateur : Galvagno, François
auteur personne morale : AD06
auteur personne morale : LASMIC

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9157
mmsh9157

Type :
archives sonores
sound

Description :
L'informateur emploie quelques mots en tendasque pour décrire certains outils agricoles et objets de la vie quotidienne.
Originaires du Var et de Monaco, les parents de l'informateur possèdent une maison à Tende. Chaque été, l'informateur passe donc ses vacances au village dont il garde d'excellents souvenirs. Au moment de la libération en 1945, Tende passe du côté italien pendant deux ans. En 1947, lors du référendum proposé pour le rattachement de Tende et La Brigue à la France, de nombreux observateurs internationaux y assistent pour que le scrutin ne soit pas truqué. Après le rattachement, les parents de l'informateur sont naturalisés français. Pour l'informateur, l'abolition des frontières est une bonne chose car passer les frontières était autrefois compliqué. L'informateur évoque ensuite de nombreux souvenirs d'enfance (fabrication du pain, odeurs du foin et du blé, foire, fête villageoise, déplacements en train, bal, amours de jeunesse). Pratiquant le tendasque, le témoin est très attaché au village même si il n'a pas envie de s'y installer définitivement. Pendant 40 ans, il travaille pour les services sociaux de Monaco où il fait sa vie avec sa femme. En entretenant la maison familiale de Tende, l'informateur, qui s'intéresse à la mémoire du pays et de ses habitants, trouve des courriers qu'il conserve précieusement. Il raconte notamment l'histoire d'une lettre d'une aïeule qu'il trouve dans une niche cachée de la maison. Puis il explique l'impact économique qu'a eu la route du sel dans la région (commerce de sel, peaux, cuir, céréales, vin) et commente l'évolution progressive des voies de communication qui mènent à Tende (sentier muletier, route carrossable et création du tunnel). Il reconnait avoir la chance d'être considéré comme un tendasque sans vivre parmi eux. Insensibles à la modernisation des moyens de communication (radio, téléphone, télévision), les grands-parents de l'informateur vivaient une vie sobre et monacale. La cueillette de la lavande était un événement important dans la vie des tendasques. L’informateur se souvient également des métiers anciens exercés à l'époque (manille, déblayeur). Il donne ensuite en tendasque le nom de certains outils et objets et raconte ce que ses oncles chassaient autrefois (marmotte, blaireaux, écureuils, hérissons, chamois). Dans cette région frontalière entre la France et l'Italie, l'informateur a essayé de construire un petit refuge dans un petit hameau perdu dans lequel Napoléon serait passé (beaucoup d'anecdotes). Aujourd'hui, ce hameau n'est plus accessible. La belle famille du père de l'informateur avaient des cousins collaborateurs que le père de l'informateur a protégé. Souvent appelé pour faire l'animation dans les manifestations culturelles et religieuses de la région, l'informateur remarque avec tristesse que les jeunes de Tende ne s'intéressent pas à la tradition tendasque contrairement aux jeunes de La Brigue qui sont très impliqués dans les activités culturelles et traditionnelles. L'informateur se souvient également des maladies, des maux et des typhoïdes qui touchaient beaucoup les gens de l'époque. Il évoque également d'autres sujets divers tels que le fonctionnement des coopératives agricoles ou encore l'utilisation du toscan (tabac du sud de l'Italie que son oncle avait l'habitude de fumer). Il raconte aussi le battage du foin, le travail des bûcherons, les déplacements à pied à travers le tunnel, les réunions dans les rues du village, les bars, les épiceries de l'époque et la contrebande de produits d'usage quotidiens. Personnellement, l'informateur trouve que la route nationale qui passe à Tende est dangeureuse et il regrette que les gens ne se mettent pas d'accord pour savoir si il faut la détourner ou non. De nos jours, l'informateur avoue que la suppression des frontières a largement facilité la circulation des personnes et des marchandises dans la région.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
récit de vie
frontière
identité historique
origine familiale
histoire familiale
bombardement
fête villageoise
souvenir d'enfance
train
occitan
attachement à la langue
travailleur social
équipement télécommunication
modernisation de la société
pratique des surnoms
relation ville-campagne
sentier muletier
route
tracé de route
rivalité villageoise
condition de vie
condition de travail
tout à l'égout
assainissement
adduction de l'eau
métier ancien
outillage agricole
vocabulaire dialectal
relation enquêteur-enquêté
identité linguistique
identité collective
relation familiale
chasse
pénitent blanc
pénitent noir
fête des bergers
identité culturelle
coopérative agricole
relation intercommunautaire
communauté villageoise
sociabilité villageoise
Comité de rattachement des communes de Tende et La Brigue
FFI
Alpini
Napoléon Bonaparte
De Gaulle, Charles
Rattachement des communes de Tende et de la Brigue à la France (1947)
fascisme italien
années 1940
guerre de 1939-1945
guerre de 1914-1918
années 1700
années 1800
Occupation italienne
Débâcle
années 1950
Collaboration
années 1960

Date :
2007-08-07

Format :
1 fichier num.
2h 22min

Langue :
français
fre

Couverture :
Principauté de Monaco
43°44'18.30''N
7°25'28.62''E

Droits :
Contrat signé avec l'enquêteur et l'informateur autorisant la diffusion de l'entretien.
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Enquêtes d'histoires orales dans les vallées de la Roya et de la Bevera
Un travailleur social de Monaco raconte l'histoire du village de Tende et des anecdotes de vie à son propos
Un habitant de Monaco témoigne à propos des relations familiales transfrontalières entre la France et l'Italie

Type :
archives sonores
sound

Source :
2999

Citation

commanditaire : MSH de Nice et al., “Un travailleur social de Monaco exprime son attachement au village de Tende et raconte la vie des villageois,” Portail du patrimoine oral, consulté le 21 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/115674.