Un amateur de chant traditionnel tendasque témoigne à propos de sa passion

Auteur(s) :
commanditaire : MSH de Nice
enquêteur : Isnart, Cyril
enquêteur : Trubert, Jean-François
informateur : Sassi, J.
auteur personne morale : AD06
auteur personne morale : LASMIC

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9178
mmsh9178

Type :
archives sonores
sound

Description :
Né en 1956 à Cannes, l'informateur s'installe à Tende avec ses parents en 1961. Il apprend le chant en écoutant les anciens mais se souvient qu'étant petit, il n'aimait pas entendre son père chanter car ça le faisait pleurer. Paradoxalement, avec le temps, le chant traditonnel est devenu une véritable passion. Généralement chanteur en deuxième voix, l'informateur explique qu'un chanteur doit se placer en seconde voix pour ne pas casser le chant s'il n'est pas sûr de lui. Un chant comprend en général une voix de tête, une voix second et une troisième voix peut parfois se greffer. Mais de nos jours, cette tradition des chants se perd car les gens n'y sont plus aussi sensibles qu'autrefois et l'informateur conçoit parfaitement que les gens puissent ne pas aimer les chants traditionnels. Il regrette d'excellents chanteurs disparus et pense qu'il n'y aura pas de relève pour la transmission de cette tradition orale. Avec les nouveaux moyens de communication, les relations entre les gens ont beaucoup évolué et la communication passe moins bien qu'autrefois. Les meilleurs chants sont interprétés par des groupes de gens restreints (3 ou 4 personnes) qui se connaissent et qui sont habitués. Tout dépend aussi des voix. Quant aux thèmes abordés par les chants, ils sont variés. Pour certaines chansons, il faut faire attention de partir avec la bonne tonalité sous peine de se casser la voix. Grâce à l'un de ses frères également passionné, l'informateur a découvert une grande communauté de chanteurs piémontais dans le Var qui chante très bien. L'informateur chante parfois en français mais c'est rare car la plupart des chants sont en italien. L'informateur revient en fin d'entretien sur la perte progressive du tendasque.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
chant choral
chant traditionnel
technique de chant
reggae
rap
relation jeunesse-vieillesse
apprentissage de la chanson
fête villageoise
chant religieux
chanteur traditionnel
polyphonie
répertoire chanté
vocabulaire technique
relation intercommunautaire
modernisation de la société
évolution des pratiques culturelles
évolution des techniques
loisirs
passéisme
perte de sociabilité
attachement à la langue
emploi de la langue régionale
transmission de la langue
occitan
perte de la langue régionale
interférence des langues
identité culturelle
transmission du chant
14 juillet
années 1960
Quel mazzolin di fiori
Piemontesina bella

Date :
2007-04-11

Format :
1 fichier num.
47min

Langue :
français
fre

Couverture :
Tende
44° 5'16.18''N
7°35'35.91''E

Droits :
Contrat signé entre les enquêteurs et l'informateur autorisant l'utilisation et la diffusion de l'entretien.
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Enquêtes d'histoires orales dans les vallées de la Roya et de la Bevera

Type :
archives sonores
sound

Source :
3023

Citation

commanditaire : MSH de Nice et al., “Un amateur de chant traditionnel tendasque témoigne à propos de sa passion,” Portail du patrimoine oral, consulté le 17 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/115645.