Chariton Sakalidis, réfugié d’Asie-Mineure de la première génération, raconte sa fuite d’Ikonio en Asie-Mineure en 1922 et son arrivée à Syros

Auteur(s) :
enquêteur : Psilopoulou, Agelliki
informateur : Sakalidis,Chariton

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=10926
mmsh10926

Type :
archives sonores
sound

Description :
Les noms des lieux sont parfois donnés en langue turque.
L’entretien avec Chariton Sakalidis est liée au hasard d’une visite qu’il a faite aux Archives historiques des Cyclades. Près de 60 ans après les évènements, il était revenu à Syros à la recherche de ses souvenirs d’enfance. Il s’était rendu aux archives pour consulter les registres des réfugiés et retrouver les noms de sa famille ainsi que ceux de ses camarades qu’il avait connus au lycée en 1935. Il parle avec émotion d’Ermoupoli qui est un lieu marquant de son enfance et de son adolescence. Il est né dans la région d'Ikonio en Asie Mineure où sa famille, composée de quatre enfants (deux garçons et deux filles), vivait en paix et dans un certain confort. Chariton était le benjamin de la famille, son frère avait 18 ans de plus que lui. Son père est mort au moment de la catastrophe, alors que Chariton avait seulement un an. La famille n’a pu conserver qu’une seule photo de lui. En 1922 ils sont partis d’Ikonio pour aller à Mersini puis en Grèce. Le premier étage de leur maison était habité par un Turc qui a tout mis en œuvre pour les aider. Chariton se souvient tout particulièrement que celui-ci a aidé sa mère à faire passer des pièces d’or en utilisant une cachette originale. Il leur a demandé d’apporter des couteaux et instruments de cuisine avec de grands manches où il a fait un trou pour cacher les pièces. Comme elles ne rentraient pas toutes, il a caché le reste dans la doublure des vêtements des garçons. Sa mère a fait avaler à ses enfants les pièces restantes. Au moment de passer la douane, ils ont mis les couteaux dans un panier qui dégageait une odeur désagréable car ils y avaient renversé un pot rempli d’excréments. Grâce à cette ruse, ils ont réussi à faire passer les pièces sans se faire remarquer. Ils ont d’abord embarqué à bord d’un bateau où des milliers des gens étaient entassés. Ils ont fait un premier arrêt à Nauplie, dans le Péloponnèse où ils ont réussi à éviter les camps et louer une maison. Puis ils sont allés à Tripoli et ensuite pour Syros où ils avaient de la famille. Là bas, Chariton a appris le grec à l’école. Sa mère qui ne parlait pas un mot de grec leur interdisait de parler turc, car elle voulait qu’ils s’intègrent le plus rapidement possible. Les habitants de Syros les ont accueilli chaleureusement. Les réfugiés étaient proches les uns des autres : Chariton était ami avec la famille Vagianos et la famille Mela qui fabriquaient des chaussures. Ils avaient fondé une équipe de foot constituée de réfugiés et de locaux. Les sœurs de Chariton travaillaient dans les usines de Syros et ont fait des mariages arrangés au Pirée. La famille est restée à Syros pendant 15 ans. Chariton a été mobilisé trois fois, ils s’est marié à trente ans. Il a obtenu son diplôme de droit à Athènes où il est resté ensuite pour faire du commerce.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
abandon de terre
communauté grecque
réfugié
expatriation
migration
bateau
destin de femme
relation intracommunautaire
football
identité culturelle
famille nombreuse
contrebande
relation de voisinage
excrément humain
anecdote
ustensile de cuisine
cachette
souvenir du pays d'origine
souvenir d'enfance
Incendie de Smyrne
1922

Date :
2001-09-14

Format :
1 cass.
15min

Langue :
grec
gre

Couverture :
Ermoúpoli
37.44227
24.94248

Droits :
Nous n’avons pas retrouvé les informateurs ou les ayants droit pour cette enquête. Nous remercions les ayants droit de signaler à la phonothèque toute information susceptible de nous aider à les retrouver pour les informer de la diffusion en ligne. Contrat avec les enquêteurs et avec l'association historique des archives des Cyclades.
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Réfugiés d'Asie-Mineure sur l'île de Syros en 1922

Type :
archives sonores
sound

Source :
4463

Citation

enquêteur : Psilopoulou, Agelliki et informateur : Sakalidis,Chariton, “Chariton Sakalidis, réfugié d’Asie-Mineure de la première génération, raconte sa fuite d’Ikonio en Asie-Mineure en 1922 et son arrivée à Syros,” Portail du patrimoine oral, consulté le 2 décembre 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118068.