Zacharias Drossos, réfugié de la première génération évoque sa vie à Gerontas et ses souvenirs d’enfance à l’Orphelinat américain de Syros

Auteur(s) :
enquêteur : Stathatou, Katilena
informateur : Drossos, Zacharias

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=11210
mmsh11210

Type :
archives sonores
sound

Description :
Les noms des lieux sont parfois donnés en langue turque.
Zacharias Drossos est né en 1915 dans la ville de Gerontas en Asie-Mineure, située à quelques kilomètres de Milito, chef-lieu de la Ionie. Son père, qui n’était pas revenu de son exil en 1919, les avait laissés seuls lui, sa mère et ses deux frères. Il décrit les grecs de Gerontas comme des gens riches, forts et armés : la région était constituée principalement de villages grecs dont les habitants avaient peu de liens avec les Turcs. Zacharias connaît de nombreux récits chrétiens et mythologiques en lien avec la région. La famille Drossou a été forcée de fuir après l’attaque des Tsetes (turcs armés organisés en gangs). Il se souvient du soir de leur fuite : ils avaient laissé le repas sur la cheminée et le chien les attendait dans la cour, comme s’ils partaient pour quelques heures. Toute la famille a pris la direction du port avec une couverture et quelques bijoux et a embarqué à bord d’un cargo pour se rendre dans un petit village de la région de Smyrne du nom de Paliatziki où habitait un cousin du côté paternel. Un an plus tard, ils sont partis pour la Grèce, après avoir payé un passeur en or. Après avoir passé quelques jours sans provisions, une tempête les a rejetés sur l’île de Samos, dans l’anse inhabitée de “Saint Constantin”. En les voyant arriver à pieds, les habitants les ont reçu avec cordialité, émotion et se sont précipités pour leur proposer leur aide. En 1925, après la mort de leur mère, les autorités grecques envoyèrent deux frères à l’orphelinat américain de Syros, tandis que le dernier resta à Samos pour y travailler. Comme l’orphelinat de Syros était encore en construction, au début les enfants dormaient dans des tentes. Zacharias se souvient du temps où les enfants, vêtus d’un simple short, jouaient avec insouciance au soleil. D’après lui, l’orphelinat accueillait environ 500 Grecs et 500 Arméniens, et chaque jour de nouveaux enfants arrivaient. Les garçons et les filles étaient séparés sauf au moment des repas. Les dimanches ils se retrouvaient à l’amphithéâtre où ils chantaient des prières en plusieurs langues, en grec, en anglais, en turc et en arménien. Parmi leurs enseignants se trouvait le réfugié Achilleas Mavromoustakis (cf entretien 4443). Zacharias se souvient du manque de nourriture et parfois le soir, ils devaient se contenter de thé et d’une poignée de raisins secs. Pendant les fêtes on leur donnait des fruits et même des gâteaux. L’odeur de la mandarine lui rappelle encore et toujours Noël. Encouragé par l’un de ses enseignants, Zacharias décida lui aussi d’enseigner. Il quitta Syros en 1928 pour suivre des études de pédagogie à Florina pendant six ans, puis, rentré à Syros, fut nommé enseignant à l’école de Poseidonia.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
transmission familiale
abandon de terre
communauté grecque
réfugié
expatriation
souvenir du pays d'origine
migration
bateau
identité culturelle
souvenir d'enfance
relation intracommunautaire
travail des enfants
genre sexuel
observance religieuse
éducation des enfants
Incendie de Smyrne
1922

Date :
2001-08-06

Format :
1 cass.
1h

Langue :
grec
gre

Couverture :
Ermoúpoli
37.44227
24.94248

Droits :
Nous n’avons pas retrouvé les informateurs ou les ayants droit pour cette enquête. Nous remercions les ayants droit de signaler à la phonothèque toute information susceptible de nous aider à les retrouver pour les informer de la diffusion en ligne. Contrat avec les enquêteurs et avec l'association historique des archives des Cyclades.
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Réfugiés d'Asie-Mineure sur l'île de Syros en 1922

Type :
archives sonores
sound

Source :
4462

Citation

enquêteur : Stathatou, Katilena et informateur : Drossos, Zacharias, “Zacharias Drossos, réfugié de la première génération évoque sa vie à Gerontas et ses souvenirs d’enfance à l’Orphelinat américain de Syros,” Portail du patrimoine oral, consulté le 30 novembre 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/120262.