Parcours militaire d'un ancien combattant

Auteur(s) :
enquêteur : Mathias, Grégor
informateur : 0774

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=6672
mmsh6672

Type :
archives sonores
sound

Description :
L'informateur s'exprime en français à l'exception du moment où il rapporte les paroles de la population algérienne lors des Barricades d'Alger. Il dit : ' Vive l'Algérie, vive Alger' qu'il répète aussitôt en arabe. Utilisation du terme de fellagha pour les membres appartenant à l'armée de libération nationale (ALN) et du terme mokadem (lieutenant) pour les Sections Administratives Spécialisées (SAS).
L'informateur nous livre son parcours de militaire et ses états de guerre : ancien combattant de la guerre d'Indochine, de la guerre de 1939-45, et de la guerre d'Algérie. Fait prisonnier par les Allemands il est envoyé dans un stalag (camps de prisonnier) en France, puis est transféré en Autriche. Lors de la seconde guerre mondiale il change de nom et devient résistant au sein d'un bataillon de FFI avec d'autres algériens à Rambouillet. Par la suite il retourne en Algérie où il erre désoeuvré pendant quelques années avant de s'engager pour la guerre d'Indochine. Il reviendra en Algérie pour intégrer la SAS de Barika dans les Aurès où il deviendra un des leaders (mokadem). Suite à un désaccord avec son supérieur hiérarchique, il demande son transfer pour une autre SAS, et partira à celle de Michelet. La situation géographique de cette SAS (entourée de montagnes) limite les opérations militaires qu'elle laisse au bataillon de chasseurs Alpins. Excellents rapports avec l'officier en fonction jusqu'à ce qu'un autre homme prenne sa place de leader. Il change alors de SAS pour se retrouver à Ait Saada jusqu'à la fin de la guerre. Dans l'ensemble il garde de bons souvenirs de ses supérieurs hiérarchiques, malgré son grand âge il se souvient encore de leurs patronymes et de leur situation familiale. Il raconte son départ d'Algérie avec l'armée française (désarmement, mépris de la population), son arrivée en France (hébergement sous des tentes, puis dans des baraquements). Il avoue préférer les baraquements de Jouques à son logement en ville, même s'il compare cette situation à celle des réserves indiennes. Là au moins ils étaient tous solidaires, comme des frères. Il n'est jamais retourné en Algérie et conclue sur des propos très durs sur la situation actuelle de l'Algérie.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
ancien combattant
communauté arabe
condition de travail
condition de vie
hiérarchie militaire
opération militaire
solidarité communautaire
harki
expatriation
organisation de la résistance
FFI
Front de Libération Nationale
armée française
Morin, Georges
Section Administrative Spécialisée
colonisation de l'Algérie
guerre d'Algérie
guerre d'Indochine
guerre de 1939-1945
camp de concentration

Date :
1997-10-10

Format :
1 cass.
1h 01min

Langue :
français
fre

Couverture :
Peyrolles-en-Provence
43°38'46.77''N
5°35'0.02''E

Droits :
Mathias, Grégor, enquêtes réalisées dans le cadre d'une convention entre l'Université de Provence et l'Association des Anciens des Affaires Algériennes. Pour toute utilisation du corpus, il conviendra de contacter M. Mathias par l'intermédiare de la Phonothèque de la MMSH.
Consultable sur autorisation

Relation(s) :
Récit de vie de Harkis

Type :
archives sonores
sound

Source :
612

Citation

enquêteur : Mathias, Grégor et informateur : 0774, “Parcours militaire d'un ancien combattant,” Portail du patrimoine oral, consulté le 18 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118884.