Récit de vie de Legosia Timonidou, originaire de Mésopotamie et réfugiée de la première génération en 1923 jusqu’à son installation à Syros

Auteur(s) :
enquêteur : Psilopoulou, Agelliki
informateur : Timonidou, Legosia

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=10929
mmsh10929

Type :
archives sonores
sound

Description :
Les noms des lieux sont parfois donnés en langue turque.
Legosia Timonidou est réfugiée de la première génération originaire de Mésopotamie, de la région de Barkimete. Au début des années 1920, dans son souvenir, sa famille malgré sa bonne situation économique était angoissée par le conflit qui couvait avec la population turque. Chrétiens orthodoxes, tous les membres de sa famille étaient très croyants et suivaient de près les rites. Ils jeûnaient pendant le Carême où ils ne consommaient ni huile, ni viande, ni fromage pendant 40 jours et allaient à l’église tous les dimanches. Quand ils voulaient célébrer leurs traditions comme la procession de l’Epitaphe le Vendredi Saint, ils se réunissaient dans une cour, pour ne pas être vus des autres habitants. Chaque semaine ils se rassemblaient dans les maisons, autour d’un repas et célébraient le dimanche. C’est à cette occasion qu’avaient lieu les rencontres. Les femmes portaient le voile et ne sortaient pas de la maison, tout comme les femmes turques. Legosia se souvient d'avoir été impressionnée par l’habit traditionnel des Turcs et des Kurdes, qui portaient un turban et une grosse ceinture où était accrochée un couteau. Tous les enfants allaient à l’école turque. Le mari de Legosia ne parlait et n’écrivait d’ailleurs que langue turque, à l’école il avait même appris à réciter les versets du Coran. Ce n’est qu’après son arrivée en Grèce qu’il a appris le grec. Physiquement, il était d’ailleurs souvent pris pour un turc et c’est ce qui l’a sauvé lors de son exil qui a duré huit ans. Les parents de Legosia sont arrivés en Grèce lors de l’échange de population en 1923 et non pas à la suite de la catastrophe de 1922. Leur trajet vers la Grèce s’est fait dans des conditions très difficiles, ils ont dû parcourir des kilomètres à pieds, quelques jeunes enfants étaient portés par les animaux. A leur arrivée à Mersina, les autorités turques les ont fouillé pour voir s’ils transportaient des pièces d’or (lyres) et d’autres objets de valeur. Sur le port, il leur a fallu attendre 20 jours avant qu’un bateau grec vienne les chercher. La situation était étouffante car les conditions étaient peu favorables : comme ils n’avaient pas de logement - ils dormaient dans des tentes- ils étaient exposés à tous les dangers. Ils ont d’abord accosté sur l’île d'Hydra où ils sont restés un mois à vivre de la mendicité. Puis un comité de Syros a lancé un appel pour travailler dans des usines, promettant un travail et un logement. Effectivement, en arrivant à Syros, ils ont obtenu un travail à l’usine de Foustanios. Pour le logement, chaque famille vivait dans une seule pièce, les sanitaires et la cuisine étaient communes. Toute la famille travaillait dans cette même usine : son père, son frère et son mari et elle. Dans son souvenir, les ouvriers ont fait preuve de solidarité et d’entraide. Ils travaillaient dix heures par jour. Elle a rencontré son mari à Thessalonique, mais leurs familles étaient voisines en Mésopotamie. Ils sont restés fiancés deux ans et se sont mariés à Syros. Il était coiffeur et ne voulait pas habiter dans un quartier pour réfugiés. Après les chambres, ils ont loué des logements dans différents quartiers puis ils ont obtenu une maison par l’Etat. Ensemble, ils ont eu deux filles, Marika et Efthimia. A la fin de l’entretien, Legosia se souvient de moments heureux dans sa maison en Mésopotamie, à faire bouillir des chaudrons de mélasse et à fabriquer des gâteaux aux noix.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
abandon de terre
communauté grecque
réfugié
expatriation
migration
bateau
destin de femme
relation intracommunautaire
identité culturelle
famille nombreuse
relation de voisinage
travail en usine
christianisme orthodoxe
souvenir du pays d'origine
souvenir d'enfance
Incendie de Smyrne
1922
Traité de Lausanne - 1923
vendredi saint

Date :
2001-09-14

Format :
1 cass.
24min

Langue :
grec
gre

Couverture :
Ermoúpoli
37.44227
24.94248

Droits :
Contrat d'autorisation d'utilisation et de diffusion signé entre l'informateur et les archives historiques des Cyclades en juillet 2013.
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Réfugiés d'Asie-Mineure sur l'île de Syros en 1922

Type :
archives sonores
sound

Source :
4465

Citation

enquêteur : Psilopoulou, Agelliki et informateur : Timonidou, Legosia, “Récit de vie de Legosia Timonidou, originaire de Mésopotamie et réfugiée de la première génération en 1923 jusqu’à son installation à Syros,” Portail du patrimoine oral, consulté le 30 novembre 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118286.