Une ancienne bergère de Breil-sur-Roya raconte les événements survenus dans le village pendant la guerre de 1939-1945

Auteur(s) :
commanditaire : MSH de Nice
enquêteur : Klingbeil, Emmanuel
informateur : Guglielmi, Catherine
auteur personne morale : AD06
auteur personne morale : LASMIC

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9106
mmsh9106

Type :
archives sonores
sound

Description :
Les grands-parents de l'informatrice sont originaires de Breil et bergers de métier. Née en 1928 à Breil-sur-Roya, l'informatrice travaille avec ses parents dans l'élevage de chèvres et la culture maraichère. L'activité la plus rentable était le commerce de la lavande et des olives. Lors du mois de juin de 1940, sa famille fuit le village à pied en passant par le col de Brouis suite à l'attaque des italiens. De retour à Breil, ils se rendent compte que tout a été pillé. A l'arrivée des allemands, la maison familiale de l'informatrice est réquisitionnée mais les relations avec les soldats allemands se passent sans incidents. En 1943-1944, sa famille évite la déportation vers Turin car elle se trouve dans sa maison de Pigna à la campagne. Le jour de Noël 1944, leur écurie est bombardée par les alliés. Suite à cet événement, la famille de l'informatrice décide de franchir les lignes à l'aide de passeurs de Piène-Haute pour éviter les bombardements. Ils sont cinquante-deux personnes à quitter Breil et arrivent à Sospel au petit jour où ils sont conduits à l'hôtel de la gare à Menton. Après un interrogatoire, ils sont emmenés à Nice. Sans nouvelles du père et d'un des frères pendant six mois, un des autres frères de l'informatrice intègre les services de renseignements français pour aller chercher leur père. Une fois le père retrouvé, pour échapper aux sentinelles allemandes, père et fils empruntent des sentiers de muletiers. Le 13 avril 1945, Breil est libéré et les villageois retrouvent de nouveau leurs maisons pillées. L'informatrice n'a pas été marquée par le rattachement Breil-sur-Roya à la France car sa famille était déjà française. Pendant la guerre, les villageois à la campagne, n'ont pas vraiment souffert de la faim car ils avaient tous des cultures. Après la guerre, les besoins des villageois ont peu à peu évolué et l'exploitation familiale a été abandonnée.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
témoignage thématique
berger
élevage des caprins
cultivateur
commerce alimentaire
vie à la ferme
déportation
domaine agricole
bombardement
rationnement alimentaire
mine terrestre
interrogatoire
pillage
Service de Renseignement
années 1930
années 1940
guerre de 1939-1945
Occupation allemande
Occupation italienne
Rattachement des communes de Tende et de la Brigue à la France (1947)
années 1950
1944-1945
1945-1950
Armée alliée
Déclaration de guerre italienne
Réquisition
Noël
La Marseillaise

Date :
2006-08-07

Format :
1 fichier num.
47min

Langue :
français
fre

Couverture :
Breil-sur-Roya
43°56'16.86''N
7°30'49.46''E

Droits :
Contrat signé avec l'enquêteur et l'informateur autorisant la diffusion de l'entretien.
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Enquêtes d'histoires orales dans les vallées de la Roya et de la Bevera

Type :
archives sonores
sound

Source :
2950

Citation

commanditaire : MSH de Nice et al., “Une ancienne bergère de Breil-sur-Roya raconte les événements survenus dans le village pendant la guerre de 1939-1945,” Portail du patrimoine oral, consulté le 21 janvier 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/115730.