Témoignage d'un ancien cheminot, chef des ateliers SNCF d'Arles, sur le déroulement de sa carrière professionnelle

Auteur(s) :
enquêteur : Amellal, Kristel
informateur : Garcin, Maurice
informateur : Garcin, Renée
commanditaire : Museon Arlaten

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9056
mmsh9056

Type :
archives sonores
sound

Description :
L'informateur apprit le métier d'ajusteur au centre d'apprentissage des ateliers SNCF d'Arles en 1939 pour en sortir en 1942. Il raconte les journées d'apprentissage (sport, cours théoriques et pratiques) et se souvient des chants appris à l'école comme "Maréchal, nous voilà !" ou encore "La Marche des cadets du Rail" dont il chante le premier couplet. Les apprentis s'amusaient à parodier les paroles de ces chansons. Après son apprentissage, la carrière professionnelle de l'informateur évolua ; il déménagea plusieurs fois et travailla dans plusieurs ateliers SNCF de France. Il considère qu'aux ateliers SNCF d'Arles le travail était de qualité et de précision. Il considère que ces ateliers ont fermé car ils étaient mal configurés en fonction de l'augmentation du nombre de trains, et qu'il y a peut-être eu des problèmes d'ordre politique. Selon lui le travail diminuait avec la modernisation de la SNCF et les ouvriers étaient trop qualifiés pour ce genre de travail. Après son apprentissage, l'informateur travailla au matériel moteur puis au matériel remorqué des ateliers d'Oullins, parallèlement à ses cours supérieurs d'apprentissage. Il entra ensuite aux ateliers de Marseille-Prado pendant 4 ans, au matériel remorqué puis au wagon où il est chef d'équipe de révision 4. Pour pouvoir être contremaître, l'informateur fit l'école de maistrance à Oullins. Il fut muté à La Seyne-sur-Mer en tant que contremaître (chef de poste) à l'entretien du matériel remorqué de la gare terminus. Il fut ensuite nommé à Vintimille où il effectua le même type de travail. Il y resta 9 ans avant de rejoindre Nice toujours à l'entretien du matériel remorqué où il resta de 1963 à 1968. Il travailla à nouveau à Marseille, avant de devenir chef des ateliers SNCF d'Arles de 1974 à 1979, année de sa retraite. A ce poste, il s'occupa essentiellement de la gestion du personnel. A son arrivée, il organisa un grand apéritif avec tous ses anciens amis de l'apprentissage. Depuis, une fois par an, ils se regroupent pour raconter des souvenirs et chanter.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
récit de vie
cheminot
atelier
apprentissage
formation professionnelle
Hébertisme
service social
histoire de l'entreprise
entreprise en difficulté
cessation d'activité
rivalité politique
modernisation de la société
électrification
wagon
travail des femmes
passéisme
carrière professionnelle
évolution du métier
syndicalisme
grève
amitié
Ateliers SNCF d'Arles
SNCF
Centre d'apprentissage des ateliers SNCF d'Arles
Pétain, Philippe
Dati, Rachida
Ateliers SNCF de Marseille-Prado
Ateliers SNCF d'Oullins
Compagnie des Chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée
Dépôt SNCF de Miramas
guerre de 1939-1945
1939
1968
1979
Occupation allemande
guerre de 1914-1918
Maréchal, nous voilà !
La Marche des cadets du Rail

Date :
2008-03-20

Format :
1 MD
2h

Langue :
français
fre

Couverture :
Miramas
43°34'47.55''N
5° 0'11.78''E

Droits :
Contrat de dépôt et de diffusion signé entre le Museon Arlaten et l'informateur spécifiant les droits de conservation, d'archivage et de diffusion.
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Témoignages sur les ateliers SNCF d'Arles

Type :
archives sonores
sound

Source :
2901

Citation

enquêteur : Amellal, Kristel et al., “Témoignage d'un ancien cheminot, chef des ateliers SNCF d'Arles, sur le déroulement de sa carrière professionnelle,” Portail du patrimoine oral, consulté le 23 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/115731.