Anne-Marie Granet-Abisset, professeure d'histoire contemporaine à l’Université Grenoble-Alpes et directrice déléguée du LARHRA analyse son parcours de recherche autour des mémoires des migrations

Auteur(s) :
informateur : Granet-Abisset, Anne-Marie
enquêteur : Ginouvès, Véronique

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=12066
mmsh12066

Type :
archives sonores
Sound

Description :
Anne-Marie Granet commence par signaler l’inversion du rôle enquêteur-enquêté : elle qui a l’habitude de diriger des entretiens, se trouve désormais du côté de l’informateur. Elle revient sur son orientation au lycée, et sur son choix de commencer des études d’histoire à l’Université de Provence, à Aix-en-Provence. Dès la première année, elle est marquée par un cours de Philippe Joutard sur “Initiation et méthode de l’histoire”. Elle réalise ses premiers entretiens dans la cadre de sa maîtrise qui portera sur le thème du Carnaval dans son village natal. Elle passe les concours de l’enseignement (le CAPES, puis l’agrégation) et est nommée à Lens, dans l’ancienne région de Picardie. Cette mobilité géographique nord-sud lui pose des difficultés sur le plan personnel. Son sentiment d’expatriation lui inspire un travail de recherche sur les mémoires des migrations. Elle continue d’entretenir des relations avec Philippe Joutard, qui dirige sa thèse sur les migrations des habitants du Queyras. Durant sa thèse, elle est nommée à Grenoble où elle collabore avec le Musée Dauphinois et est chargée du service éducatif pour faire le lien entre le monde de l’enseignement et du musée. Elle soutient sa thèse en 1990 et obtient un poste à Lyon en 1993 pour travailler dans un programme européen sur la mémoire de l’industrie. Elle évoque sa découverte des réseaux internationaux spécialisés dans l’histoire orale, à travers des conférences dans les grandes villes du monde.Enfin, elle raconte comment elle a rejoint le pôle grenoblois sur les risques naturels en tant que chercheuse. Anne-Marie Granet se définit comme historienne du social et du culturel, avec comme objet d’études la mémoire.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
historien
chercheur(e)
histoire
Habilitation à Diriger des Recherches (HDR)
Capes
agrégation
enquête orale
mémoire collective
migration
thèse de doctorat
parcours d'historien
professeur(e) d'université
pédagogie
sociétés de montagne
Bouvier, Jean-Claude (1935-vivant)
Joutard, Philippe (1935-....)
Pelen, Jean-Noël (1949-....)
Bromberger, Christian
Université Grenoble-Alpes
Roche, Anne
Nora, Pierre
Ozouf, Mona
Dalmasso, Anne
Riserio d’Almeida Gandon, Tania
LARHRA
Musée dauphinois (Grenoble)

Date :
2016-02-25

Format :
44.1 Hz 16 bit
1 h 14 min

Langue :
fre

Couverture :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme (Aix-en-Provence)

Droits :
En cours
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Entretiens enregistrés dans le cadre de l'ANR Histinéraires
Entretiens enregistrés dans le cadre de l'ANR Histinéraires

Type :
archives sonores
Sound

Source :
5198

Citation

informateur : Granet-Abisset, Anne-Marie et enquêteur : Ginouvès, Véronique, “Anne-Marie Granet-Abisset, professeure d'histoire contemporaine à l’Université Grenoble-Alpes et directrice déléguée du LARHRA analyse son parcours de recherche autour des mémoires des migrations,” Portail du patrimoine oral, consulté le 30 novembre 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121420.