Histoire du coffre d'un boulanger de Kabylie

Auteur(s) :
enquêteur : Gast, Marceau
informateur : 1182
informateur : 1183

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9401
mmsh9401

Type :
archives sonores
sound

Description :
L'enquêteur demande aux informateurs de se remémorer ce qu'on leur a raconté sur l'histoire du coffre familial. Ce meuble, long, fermé par un couvercle, est divisé en quatre compartiments fermés chacun par un cadenas. On y entreposait le blé, la semoule, la farine (pour la boulangerie) ou encore du charbon ou les lingots d'argent (pour la bijouterie). L'enquêteur demande des précisions sur les histoires racontées autour du caractère « hanté » du coffre : quand elle l'ouvrait, une fois par an, la famille procédait au sacrifice (égorgement) d'un animal sur le bois du coffre afin d'éloigner les maléfices et trouvait toujours quelque chose en plus dans le meuble. A partir de cette histoire, les informateurs évoquent (de manière parfois confuse) l'intervention, du temps de Boussad Ouarab, de fées, êtres invisibles, s'adressant aux hommes avec des voix de nouveaux-nés pour les avertir, les conseiller ou leur envoyer des pièces d'argent. L'enquêteur demande à plusieurs reprises à ses interlocuteurs de reprendre et de préciser cette histoire. Celle-ci se mêle parfois avec un autre récit, celui d'un trésor caché par le grand-père Boussad et dont il n'aurait transmis le secret que de manière évasive à sa femme et à ses enfants. Le mélange entre récit des querelles familiales et spéculations autour du trésor caché rend parfois difficile la compréhension de l'ensemble. L'enquêteur revient sur une description matérielle du coffre (hauteur des pieds, longueur, absence de motifs, modalité de déplacement, constructeur) mais les informateurs lui fournissent peu de réponses. L'enquêteur relance alors la discussion sur la pratique du sacrifice sur le coffre et demande à l'informatrice de reprendre l'histoire d'une belle-fille de Boussad qui aurait mis du charbon dans une partie du coffre et aurait en cela briser le rituel. Le récit, mélé à une généalogie confuse et à un retour sur l'histoire du trésor, reste difficile à suivre. La dernière partie de l'enquête est constituée d'un récit fait par l'informateur de l'histoire et de la bonne réputation de son père Boussad, de sa propre jeunesse et de son apprentissage comme bijoutier. Des querelles autour de l'héritage (argent, métier) de son père ont contraint l'informateur à se former seul. L'entretien se termine sur l'idée de la transmission.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
coffre
local de conservation
boulangerie
bijouterie
fée
marabout
sacrifice animal
trésor
héritage
pratique de protection
secret de famille
généalogie
transmission d'un savoir
transmission orale

Date :
1988-03-17

Format :
1 cass.
1h 05min

Langue :
français
kabyle
fre
kab

Couverture :
Les Ouadhias
36°33'25.06''N
4° 5'28.37''E

Droits :
Contrat de dépôt et de diffusion signé avec Marceau Gast spécifiant les droits de conservation, d'archivage et de diffusion
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Archives sonores isolées dans le fonds Marceau Gast

Type :
archives sonores
sound

Source :
3367

Citation

enquêteur : Gast, Marceau, informateur : 1182, et informateur : 1183, “Histoire du coffre d'un boulanger de Kabylie,” Portail du patrimoine oral, consulté le 18 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118581.