Récit détaillé de son expérience dans un camp de travail en Allemagne par un ancien prisonnier

Auteur(s) :
enquêteur : Martinez, Brigitte
informateur : Michet, Fernand

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=10347
mmsh10347

Type :
archives sonores
sound

Description :
L’informateur a 12 ans en 1930. Il fréquente le lycée de l’Isle-sur-Sorgue jusqu’en 1934. Il devient aide familiale agricole, cultivant principalement les fraises, mais aussi les, haricots, les tomates, le melon. Au mois de mai-juin l’exploitation est enrichie d’un personnel de vingt femmes. Il se marie en 1938, est mobilisé en 1939, est fait prisonnier en 1940 dans l’Orne. Il est alors placé en Frontstalag 201 à Alençon, camp de prisonnier de guerre. Il décrit à cet endroit des conditions de vie très difficiles. Il se souvient de la solidarité des paysans des alentours durant les déplacements obligés. Il est déporté le 14 juillet 1940 et arrive à Moosburg (Stalag VII A) au début du mois de décembre. Il se souvient de conditions de voyage difficiles. Les prisonniers dont il fait partie sont ensuite détachés dans des fermes en Allemagne. Selon son souvenir, son Kommando est le numéro 4, en salle 74 à Steeg, près de Buchbach. L’informateur raconte des scènes d’humiliation à leur arrivée, notamment les enfants du village leur jetant des pierres. Le Kommando est installé dans une salle de bal où se trouve un lit 12 places. Il travaille dans les fermes pendant 49 mois. Il s’évade, est repris. Placé en résidence surveillée, il se casse le doigt et ne travaille plus durant plusieurs semaines. Le 1er mai 1945, il est libéré par la cinquième division américaine, mais reste quelques temps en occupation, ces derniers étant occupés par les Russes. En captivité, il dit travailler le moins possible. Il est bien vu des sentinelles et de la population à qui il propose des services. Il décrit la vie dans les fermes. Il aborde les moments de convivialité (le bouteillon), les éléments de solidarité au Kommando, et raconte l’exécution par une sentinelle d’un prisonnier refusant de travailler. Lors de la Libération et son arrivée à Regensburg, il prend conscience des bombardements. Rapatrié en mai à Paris, il se souvient d’un accueil exceptionnel en camp de rapatrié. La Banque de France donne 2000 Francs à chacun sans tenir compte des Marks de camp. Il s’imagine alors obtenir une grosse somme sans savoir qu’elle n’a plus sa valeur d’avant-guerre. D’une manière générale, il se sent “désaxé”. Il évoque le parcours de son père durant la guerre. A sa reprise de la ferme, il est victime du dysfonctionnement des crédits et connaît de grandes difficultés financières. En 1951 il se fait embaucher comme gérant de la coopérative. Il compare les allocations familiales accordées aux agriculteurs avec celles accordées aux salariés agricoles. Revenant sur sa captivité, il donne de nombreux détails sur la vie à Steeg, la ferme, le travail, les habitudes, le climat. Il témoigne en particulier de ses relations avec les propriétaires de la ferme, son personnel et avec les surveillants allemands, des différentes astuces des prisonniers, mais aussi des possibilités de communication avec l’extérieur. Il raconte les conditions de vie de son séjour au local disciplinaire. En fin d’entretien, il raconte avec enthousiasme comment son groupe s’est joué d’un adjudant trop autoritaire. Tout au long de l’entretien, l’informateur garde un caractère tranquille sans être impassible, et donne une vision équilibrée de son expérience. L’informateur a une mémoire très précises des chiffres et des noms.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
témoignage thématique
prisonnier de guerre
condition de travail
agriculteur
coopérative agricole
ferme
domaine agricole
solidarité
circulation de l'information
prison
sociabilité
coopérative
rapport travailleur étranger et population locale
Banque de France
années 1930
années 1940
guerre de 1939-1945
Guerre d'Espagne
camp de concentration

Date :
1983

Format :
2 cass.
1h 39min

Langue :
français
fre

Couverture :
s.l.
5°27'14.92"E
43°31'29.67"N

Droits :
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Celles qui n'ont pas écrit

Type :
archives sonores
sound

Source :
4116

Citation

enquêteur : Martinez, Brigitte et informateur : Michet, Fernand, “Récit détaillé de son expérience dans un camp de travail en Allemagne par un ancien prisonnier,” Portail du patrimoine oral, consulté le 18 janvier 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118420.