Témoignage d'un ancien cheminot, électricien aux ateliers SNCF d'Arles, sur son travail et les farces entre cheminots

Auteur(s) :
enquêteur : Amellal, Kristel
informateur : 1126
informateur : 1127
commanditaire : Museon Arlaten

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9027
mmsh9027

Type :
archives sonores
sound

Description :
L'informateur fut exempté de service militaire pour des problèmes de santé. Pour entrer à la SNCF, il dut faire de nombreux examens médicaux. Après avoir obtenu son CAP de monteur électricien au collège Louis Pasquet et réussi son concours, il entra aux ateliers SNCF d'Arles en 1957 en tant qu'électricien. Il travailla de nombreuses années sur la réparation des grues Griffet et des machines-outils. Il détaille en quoi consista son travail et relate la configuration des ateliers. L'informateur est content de sa carrière de cheminot qu'il a fini à un très haut échelon (niveau 4, indice E). Il travaillait beaucoup et rapidement et aidait ses collègues à finir leurs tâches. Il raconte comment le chef gérait son équipe et le contexte du rapport travail/rémunération et comment ils s'arrangeaient lorsque la tâche n'était pas terminée à temps. Avec d'autres ouvriers cheminots, l'informateur a fabriqué un prototype de machine à laver les trains qui ressemblait aux vérins servant à soulever les locomotives. L'informateur a inventé un dispositif de sécurité pour les grues et a obtenu le premier prix de suggestions de la région pour cette invention. Certains ouvriers fabriquaient en cachette des objets destinés à leur usage personnel dans les ateliers, essentiellement en fer forgé. L'informateur explique avoir fabriqué lui-même un portemanteau et un lampadaire. Il raconte quelques blagues et bêtises qu'il fit aux ateliers et leurs conséquences (punitions, convocations par les chefs∞). Parti en retraite en 1989, l'informateur a organisé un grand apéritif dans un des bâtiments des ateliers SNCF d'Arles. Ayant lutté contre la fermeture des ateliers d'Arles et il explique comment se déroulèrent les grèves, notamment avec les casseurs de grèves.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
récit de vie
cheminot
atelier
formation professionnelle
apprentissage
passion du métier
électricien
électricité
ouvrier
carrière professionnelle
grue
histoire de l'entreprise
rapport au travail
entraide
solidarité ouvrière
grève
rémunération à la tâche
vocabulaire technique
langage professionnel
locomotive
train
métal
outil d'art et d'artisanat
vol
relation jeunesse-vieillesse
ferronnerie
farce
amitié
cessation d'activité
pratique des surnoms
travail en perruque
machine-outil
syndicalisme jaune
fer
SNCF
Ateliers SNCF d'Arles
Compagnie des Chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée
Chaudronnerie de fer des ateliers SNCF d'Arles
Atelier des roues et ressorts des ateliers SNCF d'Arles
Atelier de mécanique générale des ateliers SNCF d'Arles
Forge des ateliers SNCF d'Arles
Louis, Roger
Constructions Métalliques de Provence à Arles
guerre d'Algérie
1957
1934
1989
années 1980
1985
1er janvier 1985
1968

Date :
2007-09-13

Format :
1 MD
1h 49min

Langue :
français
fre

Couverture :
Arles
43°40'35.94''N
4°37'40.09''E

Droits :
Contrat de dépôt et de diffusion signé entre le Museon Arlaten et l'informateur spécifiant les droits de conservation, d'archivage et de diffusion.
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Témoignages sur les ateliers SNCF d'Arles

Type :
archives sonores
sound

Source :
2867

Citation

enquêteur : Amellal, Kristel et al., “Témoignage d'un ancien cheminot, électricien aux ateliers SNCF d'Arles, sur son travail et les farces entre cheminots,” Portail du patrimoine oral, consulté le 2 décembre 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/115785.