Récit de vie d'une Arménienne arrivée à Martigues en 1995

Auteur(s) :
auteur personne morale : Paroles Vives
informateur : Movesian, Lilith
commanditaire : AD 13
enquêteur : Gaucher, Anne-Sylvie

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=8402
mmsh8402

Type :
archives sonores
sound

Description :
Poésie arménienne dite par le fils de l'informatrice, et traduite ensuite (piste 4 du second CD).
Originaire d'Erevan, l'informatrice a suivi son fiancé Arménien en France dans les années 1990. Elle développe longuement l'histoire de ses ancêtres en Arménie (grand-père tué sous Staline en 1937), et décline les parcours et les métiers de chacun des membres de sa famille. Elle parle ensuite plus précisément de la vie de son père : ayant fait 8 ans de prison en Sibérie, puis revenu en Arménie à l'âge de 30 ans, reprenant des études supérieures en chimie pour devenir professeur à la faculté. l'informatrice évoque aussi la vie de sa mère (famille qui a fuit le génocide, puis revenue à Erevan), la rencontre de ses parents, puis celle avec son mari. Celui-ci souhaitant quitter l'Arménie pour des raisons politiques, est arrivé à Martigues où il a immédiatement trouvé un emploi. Quelques années après ses parents l'ont suivi, puis elle-même. Elle insiste sur sa bonne intégration (naturalisation obtenue facilement, bons contacts avec les Français), sur l'importance de l'apprentissage de la langue française (même si l'arménien reste la langue parlée à la maison), et aussi sur son itinéraire personnel (mariage en France, reprise d'études supérieures, obtention du permis de conduire, naissance de ses enfants, emploi en hôpital). l'informatrice évoque l'importance de garder le lien avec la culture arménienne, en particulier par la langue, la cuisine, la musique et la transmission de certaines valeurs (l'histoire du pays, le respect mutuel, l'honnêteté et l'intégrité). Elle tient aussi beaucoup aux relations avec les membres de la communauté, activées lors d'occasions telles que Noël, Pâques ou encore les baptêmes. Même si dorénavant ils ont fait venir, et assumé, leurs familles proches en France, et s'ils se sentent autant Français qu'Arméniens, ils souhaitent aller en Arménie, où ils ne sont pas encore retournés depuis.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
prison
école arménienne
université
relation familiale
transmission de la langue
langue apprise
communisme
mariage forcé
baptême
religion
cuisine
communauté arménienne
années 1990
Génocide arménien
lundi de Pâques

Date :
2007-10-03

Format :
1 MD
1h 18min

Langue :
français
arménien
fre
hye

Couverture :
Martigues
43°24'26.86''N
5° 3'17.39''E

Droits :
Droits cédés par contrat entre les informateurs, Paroles Vives, MMSH et AD13.
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

Type :
archives sonores
sound

Source :
2112

Citation

auteur personne morale : Paroles Vives et al., “Récit de vie d'une Arménienne arrivée à Martigues en 1995,” Portail du patrimoine oral, consulté le 17 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/115371.