Un cadre au Crédit Lyonnais et son épouse, ayant l’expérience de l’expatriation depuis leurs enfances, s'expriment sur les rapports entre l’occident et l’industrialisation du Liban en 1975

Auteur(s) :
enquêteur : Métral, Françoise
informateur : San Marco, Michel
informateur : San Marco (Mme)

Editeur :
Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=11697
mmsh11697

Type :
archives sonores
Sound

Description :
Les informateurs signalent avoir essayé d’apprendre l'arabe mais ne pas y être parvenus en raison du peu d'utilité quotidienne de cette langue dans leur environnement social
L'entretien est mené avec un couple, à leur domicile. Les deux époux sont français et ont passé leur jeunesse en outre-mer ou dans des colonies françaises en Afrique. Ils se sont mariés en 1965 et ont 3 enfants. L’homme travaille dans la banque depuis 8 ans et au Crédit Lyonnais depuis 5 ans tandis que l'informatrice est mère au foyer. Ils sont arrivés à Beyrouth en novembre 1973 après avoir vécu 10 ans à l’étranger, au Tchad et au Cameroun. Le Liban a été choisi au hasard de l’opportunité professionnelle du père de famille. La famille loue un appartement à Ramlet al-Bayda, un quartier côtier huppé et peuplé d'étrangers. La banque employeuse prend en charge la scolarisation des enfants ainsi qu'une partie du loyer. Les époux gardent des attaches uniquement familiales en France, où ils passent les grandes vacances scolaires. Leurs sorties se font surtout en famille et alternent entre dîners, sorties au cinéma, visites amicales. L’homme a le statut de cadre détaché par le Crédit Lyonnais, employé pour une période de 4 à 5 ans par la banque Trad au Liban (appartenant à 55 % à la famille Trad et à 45 % au Crédit Lyonnais). Il est chargé de l'administration de la clientèle, soit libanaise, soit des filiales de sociétés étrangères. L’informateur estime les cadres français parfaitement remplaçables par des Libanais. Interrogés à plusieurs reprises sur le rôle de la France au Liban, les époux remarquent que la bourgeoisie reste très francophone et très francophile et la France leur semble bien vue aussi dans d'autres milieux. Ils formulent des critiques à l’égard du mandat français au Liban, considérant les écoles françaises (les écoles chrétiennes en ayant suivi le modèle) comme une forme d’impérialisme colonial qui s’oppose à la culture arabe. Or, dans un contexte de tensions avec Israël qui renforce l’arabité au Liban, la femme estime que l'attachement à une culture française surannée fait courir le risque que la culture arabe se fasse contre la culture française. Le couple estime que les transactions commerciales se font désormais au profit des anglo-saxons, dont la langue s'impose progressivement à la nouvelle génération bourgeoise. Quant à leurs fréquentations sociales, leurs amis sont surtout des Français, rencontrées via les relations professionnelles de l’homme. Ils ont également de bons amis libanais, soit d'un milieu bourgeois, soit des Libanais imprégnés de la culture française (qui ne savent ni lire, ni écrire, ni penser, voire ni parler en arabe, en raison de leur éducation et de leurs ascendances maternelles étrangères). A la fin de l’entretien, l’homme envisage que la culture occidentale, soutenue par les chrétiens libanais ayant la mainmise sur l’industrie, puisse être mise en difficulté par l’entrée des musulmans dans le monde industriel.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
rapport travailleur étranger et population locale
rapport au travail
hiérarchie sociale
banquier
multilinguisme
relation religieux-politique
domination culturelle
Banque Trad
Université Saint-Joseph de Beyrouth

Date :
1975-01

Format :
1 bde
1h 25min

Langue :
français
fre

Couverture :
Beyrouth
N33°53'20''
E35°29'39''

Droits :
Contrat signé avec la dépositaire. Recherche des ayants droit en cours.
Consultable sur autorisation

Relation(s) :
Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène

Type :
archives sonores
Sound

Source :
4366

Citation

enquêteur : Métral, Françoise, informateur : San Marco, Michel, et informateur : San Marco (Mme), “Un cadre au Crédit Lyonnais et son épouse, ayant l’expérience de l’expatriation depuis leurs enfances, s'expriment sur les rapports entre l’occident et l’industrialisation du Liban en 1975,” Portail du patrimoine oral, consulté le 20 janvier 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121452.