Discussions avec Ivan Jablonka, historien, professeur à l’université Paris 13 et écrivain, suite à sa présentation au séminaire “l’écriture de soi des historiens”

Auteur(s) :
interv. : Jablonka, Ivan
interv. : Multiple

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=12475
mmsh12475

Type :
archives sonores
Sound

Description :
Les discussions avec Ivan Jablonka font suite à sa présentation au séminaire “L’écriture de soi des historiens”. L’historien François Dosse questionne le conférencier sur le “mode objectif” dans l’écriture, assimilé au courant de l’école méthodique des historiens. Jablonka explique que cette pratique n’est pas un état pur vers lequel on tend, mais une volonté, tenable seulement dans un laboratoire. Il montre que la prétendue rupture méthodique de l'École des Annales est usurpée, prenant l’exemple de Marc Bloch lorsqu’il écrit à la fin de sa vie. Il met en opposition terme à terme le mode objectif et réflexif. Le mode objectif tend à “éteindre le moi”, prétend à un point de vue universel, surplombant et pratique la transparence. Quant au mode réflexif, il utilise le “je” de méthode, essaie d’avoir “un point de vue sur le point de vue” comme le dit Pierre Bourdieu, et utilise la transparence de l’enquête et de la méthode pour être honnête vis à vis du lecteur. Il confie ensuite qu’il aurait dû nuancer ses propos sur le “linguistic turn”, tournant dans lequel il se retrouve, notamment dans l’acceptation de la métahistoire, mais plus dans la seconde phase, où il estime qu’il y a un glissement vers le postmodernisme et la fiction verbale, avec la radicalisation d’Hayden White. Il parle de l’objection du “je”, de la distance du chercheur face à sa propre expérience, notamment dans le livre qu’il a consacré à l’histoire de sa famille, l’assassinat de ses grands-parents. Il est interpellé aussi sur les notions de post-disciplinarité ou d’interdisciplinarité. Il raconte alors une anecdote : rentré il y a 20 ans à l’Ecole normale supérieure, on lui parle pour la première fois d’interdisciplinarité, très enthousiaste, il raconte au final sa déception en voyant que cela n’est pas réellement pratiqué dans les séminaires. Selon lui, l’interdisciplinarité devrait être faite par le même chercheur en empruntant différents outils et expériences épistémologiques d’autres disciplines, et ses ouvrages sur ses grands-parents ou dans les Enfants de la république en témoignent. Sur son rapport à l’institution, il affirme en être un produit, mais aussi avoir un discours décalé et critique car il pense que les choses changent de l’intérieur, par le dialogue. Il évoque la comédie universitaire, avec l’accueil effaré de son livre par ses collègues, jusqu’à la critique d’une belle page dans le Monde. Il conclut la discussion en relatant une remarque d’un jury lors de la soutenance de son habilitation à diriger la recherche qui illustre sa résistance personnelle. Paul-André Rosental lui signalant: “Il y a une source que vous n’avez pas utilisée, vous n’avez pas utilisé vos rêves !”.

Sujet(s) :
congrès
parole publique
témoignage thématique
parcours d'historien
parcours intellectuel
parcours scientifique
Habilitation à Diriger des Recherches (HDR)
écriture de soi
histoire
historiographie
mémoire de synthèse des travaux scientifiques
histoire familiale
anthropologie historique
démarche réflexive
approche interdisciplinaire
objectivité du chercheur
subjectivité du chercheur
sciences humaines et sociales
littérature
fiction
institution scientifique
Monod, Gabriel (1844-1912)
Michelet, Jules
Febvre, Lucien
Bloch, Marc
White, Hayden V. (1928-....)
Ricoeur, Paul (1913-2005)
Barthes, Roland (1915-1980)
Weber, Eugen (1925-2007)
Perrot, Michelle (1928-....)
Corbin, Alain (1936-....)
Hérodote
Popper, Karl
Charle, Christophe (1951-....)
Rosental, Paul-André
Conseil national des universités
1800-1899
1900-1999
années 1970

Date :
2015-02-13

Format :
44.1kHz, 16 bits
47 min

Langue :
fre

Couverture :
Institut d'Histoire du Temps Présent (Paris)

Droits :
en cours

Relation(s) :
Séances enregistrées du séminaire «L’écriture de soi des historiens».
Entretiens enregistrés dans le cadre de l'ANR Histinéraires

Type :
archives sonores
Sound

Source :
5268

Citation

interv. : Jablonka, Ivan et interv. : Multiple, “Discussions avec Ivan Jablonka, historien, professeur à l’université Paris 13 et écrivain, suite à sa présentation au séminaire “l’écriture de soi des historiens”,” Portail du patrimoine oral, consulté le 3 avril 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121426.