Dominique Garcia, professeur d’archéologie à l’Université d’Aix-Marseille et président de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, revient pour le séminaire Histinéraires, sur les évolutions de sa discipline.

Auteur(s) :
interv. : Garcia, Dominique

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=12457
mmsh12457

Type :
archives sonores
Sound

Description :
Dominique Garcia est historien et archéologue, spécialiste de la protohistoire, professeur à l’université d’Aix-Marseille et président de l’Institut national de recherches archéologie préventive (Inrap). Plutôt qu’un rapport personnel à son activité, il a préféré présenter pour ce séminaire un portrait collectif de sa profession. Il raconte ainsi la transformation étonnante de l’archéologie ces dernières années. Il introduit son propos en remémorant « l’archéologie de sauvetage », époque où les archéologues aidés parfois des érudits, militaient pour sauvegarder le patrimoine, comme dans l’affrontement avec Gaston Deferre, place de la Bourse à Marseille. Les réformes législatives ont permis depuis de clarifier les procédures de diagnostic et de fouilles archéologiques, notamment avec la loi de 2002 sur l’archéologie préventive qui a modifié le financement et créant, via une redevance sur l’aménagement, un fonds national pour l’archéologie préventive. Par la suite, fut fondé un institut national, l’Inrap, pour réaliser et exploiter scientifiquement ces opérations. L’archéologie a aussi connu d’autres changements de paradigme, en premier lieu l’objet d’étude qui ne se limite plus à une vision figée, aux grands bâtiments ou aux objets des « tiroirs du Louvres », mais à une série d’objets. Désormais, les sujets d’étude se sont démultipliés et aussi délocalisés, portant sur tout le territoire national, que ce soit en milieu urbain, rural, boisé, montagnard ou encore le littoral, et peuvent couvrir jusqu’à l’époque contemporaine. Dominique Garcia cite ainsi quelques nouveaux sujets : sociétal avec l’étude des migrations ou autour de l’environnement avec l’évolution des crues du Rhône. Ces transformations récentes ont entraîné une demande de main d’œuvre en archéologie, et parallèlement un besoin de formation, permettant aux archéologues de créer ou de récupérer des chaires d’archéologie dans les universités. En effet, il s’agit désormais de former les futurs archéologues à des sujets transversaux et originaux, sont alors proposées des doubles licences avec de l’environnement, de la biologie, ou du droit. Pour le protohistorien cette nouvelle dynamique a rompu une logique académique ancrée depuis longtemps, puisque l’archéologie était auparavant enseignée le plus souvent par des historiens, ou historiens de l’art. Avec ces nouveaux objets d’études et orientations, les archéologues ont produit leurs archives et beaucoup écrit. Pour Dominique Garcia, devant le flou de l’arrêté concernant l’habilitation à diriger la recherche, l’égo mémoire est donc l’occasion pour eux d’expliciter leurs objets, et de justifier socialement, comme académiquement, que l’archéologie est bien une discipline à part entière, ou pourrait-on dire la naissance d’une nouvelle discipline.

Sujet(s) :
congrès
parole publique
témoignage thématique
Habilitation à Diriger des Recherches (HDR)
mémoire de synthèse des travaux scientifiques
égo-histoire
parcours d'historien
parcours scientifique
parcours intellectuel
professeur(e) d'université
archéologue
archéologie préventive
objet archéologique
chantier de fouilles
droit patrimonial
formation professionnelle
approche interdisciplinaire
emploi
publication scientifique
environnement
archives
sources du chercheur
Defferre, Gaston (1910-1986)
Filippetti, Aurélie (1973-....)
Boissinot, Philippe (1963-....)
Leveau, Philippe (1940-....)
Goudineau, Christian (1939-....)
Conseil national des universités
Institut national de recherches archéologiques préventives (France)
2002

Date :
2014-03-14

Format :
1h 26

Langue :
fre

Couverture :
Institut d'Histoire du Temps Présent (Paris)

Droits :
en cours

Relation(s) :
Séances enregistrées du séminaire «L’écriture de soi des historiens».
Entretiens enregistrés dans le cadre de l'ANR Histinéraires
Séances enregistrées du séminaire «L’écriture de soi des historiens».

Type :
archives sonores
Sound

Source :
5262

Citation

interv. : Garcia, Dominique, “Dominique Garcia, professeur d’archéologie à l’Université d’Aix-Marseille et président de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, revient pour le séminaire Histinéraires, sur les évolutions de sa discipline.,” Portail du patrimoine oral, consulté le 3 avril 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121427.