L’historien Henri Médard, spécialiste de l’Afrique Orientale raconte son parcours professionnel et son opinion sur l’habilitation à diriger la recherche.

Auteur(s) :
informateur : Médard, Henri
enquêteur : Ginouvès, Véronique
enquêteur : Granet-Abisset, Anne-Marie

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=12460
mmsh12460

Type :
archives sonores
Sound

Description :
Henri Médard, spécialiste de l’Afrique Orientale revient dans cet entretien enregistré dans le cadre de l’ANR Histinéraires, sur son parcours professionnel d’historien. Il raconte comment à l’âge de 8 ans, il s’est passionné pour l’histoire au contact d’un membre de sa famille, féru de généalogie. Il voyage depuis son enfance car son père, professeur de sciences politiques, enseignait régulièrement en Afrique. Durant sa jeunesse, il a ainsi vécu au Cameroun, jusqu’au collège où il rentre en France. Il repart ensuite à Nairobi lors de ses années de lycée. Après le baccalauréat, il s’inscrit à l’Université de Paris 1 en histoire et se passionne davantage pour l’histoire internationale que pour l’histoire française. En avançant dans ses études, il s’intéresse plus particulièrement à l’Afrique et fait un mémoire de maîtrise sur les missionnaires du 19ème siècle au Soudan. Il travaille avec deux africanistes, Jean Boulègue et Gérard Prunier, mais ne peut poursuivre ses recherches sur le Soudan, devant à cause de la barrière de la langue. Pour son diplôme d’études approfondies, il fait des recherches sur un sujet inédit : l’histoire de l’église catholique en Ouganda. Pour sa thèse, il élargit son champ de recherche non pas en changeant de période, mais en étudiant les conversions et en soulignant l’impact de ce phénomène sur l’Afrique des Grands Lacs et la société contemporaine. Pour ses sources, il se rend à Rome, où il trouve des archives en français des pères blancs, qui n’avaient pas encore été étudiées par ses confrères anglophones. S’il a été initié durant ses études aux sources orales par l’historienne Claude-Hélène Perrot, il confie dans l’entretien que la collecte est enrichissante, mais longue et parfois délicate du point de vue de la maîtrise des langues et de la culture. Il bénéficie des premières allocations de recherche pour sa thèse et sous la direction de Gérard Prunier et Jean-Pierre Chrétien soutient à Paris en 2001 devant Françoise Raison-Jourde, Michael Twaddle, et Gérard Prunier. N’ayant pas présenté les concours d’enseignement, après sa thèse, il enseigne au collège expérience difficile, ou fait aussi des vacations en 1ère et 2ème année à l’université, tout en continuant à publier. Il postule dans plusieurs universités en France comme à l’étranger, avant d’être recruté à Paris 1 sur le poste de par Jean Fremigacci, spécialiste de Madagascar. Il travaille alors près de Jean Boulègue et de Pierre Boilley. Après avoir publié sa thèse chez les éditions Karthala, on lui conseille de passer rapidement son habilitation à diriger la recherche. Il s'intéresse alors à l’Afrique de l’Est, mais contrairement à la thèse, confie avoir détesté l'exercice, même si sa soutenance s’est très bien passée. En effet, pressé par le temps, il estime avoir bâclé son mémoire inédit, quelques chapitres manquants aux rendus de ses travaux. Il regrette de n’avoir pas suffisamment insisté sur le phénomène de l’esclavage. Il est très critique sur l’égo-histoire, il trouve l’exercice long, confiant qu’une dizaine de pages lui aurait suffi. Il considère aussi que cet écrit est hypocrite, puisqu’il pousse les chercheurs à construire une cohérence, parfois artificielle dans leurs travaux de recherche, et favorise en plus l'individualisme, les candidats étant accaparés par l'exercice, et ne pouvant plus pleinement assumer d’autres projets d’enseignement ou de travaux collectifs. Henri Médard considère que ce diplôme a simplement remplacé la thèse d’État, mais n’a pas forcément d’équivalent dans d’autres pays. Il souligne tout de même un apport positif dans l’habilitation, cet écrit lui a permis de se positionner plus clairement dans son champ disciplinaire, que ce soit dans l’histoire, voire l’anthropologie. Après sa qualification, il a rapidement obtenu un poste de professeur à l’université d’Aix-Marseille où il codirige aussi l’institut des mondes africains. Dans la discussion, il apporte d’autres éléments du monde universitaire, de ses travaux de recherches, ou de sa méthodologie, en évoquant par exemple les sources orales ou la microhistoire. Pour conclure, il affirme qu’il n’aurait pas changé de métier, mais aurait plutôt souhaité exercer à l'étranger.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
historien
carrière professionnelle
parcours d'historien
parcours intellectuel
parcours scientifique
DEA
thèse de doctorat
Habilitation à Diriger des Recherches (HDR)
enseignant(e) du secondaire
professeur(e) d'université
égo-histoire
histoire sociale
esclavage
missionnaire
sources du chercheur
archives
source écrite
enquête orale
anthropologue
archéologie
langues et dialectes
publication scientifique
écriture
bibliothèque
microhistoire
recrutement
Université Panthéon-Sorbonne
Boulègue, Jean (1936-2011)
Prunier, Gérard (1942-....)
Chrétien, Jean-Pierre (1937-....)
Perrot, Claude-Hélène (1928-....)
Twaddle, Michael
Raison-Jourde, Françoise
Boilley, Pierre
Hugon, Anne
Cottias, Myriam
Hirsch, Bertrand
Dubois, Colette (1952-....)
Université d'Oxford
Université de Cambridge
Aix-Marseille Université
Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme
EHESS
Institut des mondes africains (France)
Centre d'études des mondes africains
1800-1899
1900-1999
préhistoire
période contemporaine

Date :
2017-05-12

Format :
44.1kHz, 16 bits
1h 22min

Langue :
fre

Couverture :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme (Aix-en-Provence)

Droits :
en cours

Relation(s) :
Entretiens enregistrés dans le cadre de l'ANR Histinéraires
Séances enregistrées du séminaire «L’écriture de soi des historiens».
Entretiens enregistrés dans le cadre de l'ANR Histinéraires

Type :
archives sonores
Sound

Source :
5283

Citation

informateur : Médard, Henri, enquêteur : Ginouvès, Véronique, et enquêteur : Granet-Abisset, Anne-Marie, “L’historien Henri Médard, spécialiste de l’Afrique Orientale raconte son parcours professionnel et son opinion sur l’habilitation à diriger la recherche.,” Portail du patrimoine oral, consulté le 15 août 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121418.