Florence Descamps, maître de conférence à l’École Pratique des Hautes Études, revient sur son double intérêt pour l’histoire de l'État et l’histoire orale

Auteur(s) :
informateur : Descamps, Florence
enquêteur : Ginouvès, Véronique

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=12076
mmsh12076

Type :
archives sonores
Sound

Description :
Florence Descamps revient sur son déclic pour l’histoire, dès la classe de première, et en classe préparatoire littéraire, où elle choisit l’option histoire. En 1984, elle intègre l’École normale supérieure rue d’Ulm, et sort agrégée en 1987. C’est grâce à des enseignants charismatiques comme Françoise Autrand, qu’elle découvre sa passion pour l’histoire de l’État. En parallèle, elle étudie durant deux ans l’arabe classique et l’islamologie à l’INALCO, avec comme idée de travailler sur l’empire colonial au Maroc. Après l’obtention de son agrégation, elle change d’orientation pour étudier l’histoire religieuse à l’Université Paris-Nanterre. Elle travaille sur le Centre catholique des intellectuels français (CCIF) et mène ses premiers entretiens d’histoire orale, qui ne seront pas enregistrés. Cette même année, en 1988, elle obtient son détachement pour travailler au Ministère des Finances, suite à une demande de l’École nationale supérieure pour un poste de secrétaire scientifique. Sa mission au sein du Ministère sera de créer et d’animer le service historique, aux côtés du normalien Michel Bruguière et du haut fonctionnaire Guy Thuillier. Elle revient également sur la genèse des archives orales du Ministère des finances, et insiste sur l’apport de la sociologue Dominique Schnapper ayant travaillé sur les archives orales de la sécurité sociale. En 1997, après un séjour de 3 ans en Hongrie, elle est élue maître de conférences à l’École Pratique des Hautes Études pour enseigner la méthode des archives orales. De 1998 à 2001, elle se lance dans la rédaction de son ouvrage “L’Archiviste et le Magnétophone”, qui est le fruit de son séminaire de 3 ans. En 2005, Florence Descamps décide de publier une thèse sur le Ministère des finances et la réforme de l’État, qui de par son ampleur, aboutira finalement sur une habilitation à diriger la recherche, grâce à l’appui de son directeur Patrick Fridenson. Elle évoque ses choix sur le plan méthodologique, et ses difficultés liées à l’écriture et aux formalités administratives. En 2014, elle obtient son habilitation à diriger des recherches, et apprécie le travail d’accompagnement des étudiants. Par le biais du réseau de l’EHPE, elle est enseignante associée à l’École nationale des Chartes. A la question de la vocation d’historienne, elle répond qu’elle se reconnaît dans ce métier multifacette.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
historien
chercheur(e)
histoire
Habilitation à Diriger des Recherches (HDR)
agrégation
source orale
histoire orale
histoire de l'Etat
archives
parcours d'historien
agrégation d’histoire
histoire contemporaine
Ecole Normale Supérieure
INALCO
EPHE
EHESS
École nationale des chartes
Ministère des Finances
Autrand, Françoise
Levillain, Philippe
Bruguière, Michel
Thuillier, Guy
Aron-Schnapper, Dominique
Fridenson, Patrick
Université Paris-Nanterre

Date :
2016-02-10

Format :
44.1 Hz 16 bit
1 h 29 min

Langue :
fre

Couverture :
Paris

Droits :
En cours
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Entretiens enregistrés dans le cadre de l'ANR Histinéraires
Entretiens enregistrés dans le cadre de l'ANR Histinéraires

Type :
archives sonores
Sound

Source :
5197

Citation

informateur : Descamps, Florence et enquêteur : Ginouvès, Véronique, “Florence Descamps, maître de conférence à l’École Pratique des Hautes Études, revient sur son double intérêt pour l’histoire de l'État et l’histoire orale,” Portail du patrimoine oral, consulté le 15 août 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121403.