Un enfant français, en classe de sixième au lycée franco-libanais de Beyrouth, s’exprime au sujet des différences entre les écoliers, avec en fond sonore les actualités télévisées du Liban du début de l'année 1975

Auteur(s) :
enquêteur : Battegay, Alain
informateur : Métral, Bruno

Editeur :
Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=11827
mmsh11827

Type :
archives sonores
Sound

Description :
Au moment de l'enregistrement en 1975, l'informateur dit avoir arrêté d'apprendre l'arabe à l'école.
L’enfant interrogé est le fils cadet du couple de chercheurs qui effectue l'enquête "Les Français au Liban", tous deux enseignants en sociologie de troisième cycle à l'École des Lettres de Beyrouth. Le garçon est arrivé avec sa famille à Beyrouth il y a six ans. Au moment de l’enregistrement en 1975, il est en classe de sixième française. D'emblée, l’enfant insiste sur la ségrégation des sociabilités au lycée franco-libanais, en fonction de la nationalité, de la langue et des confessions, entre d’une part le milieu francophone, celui des élèves qui parlent français entre eux et chez eux et, d'autre part le milieu plus arabophone, constitué généralement par des musulmans. Le garçon attribue cette situation à la montée d'un sentiment nationaliste arabe au Liban, d’autant que le français semble passer de mode. Quant à la ségrégation entre francophones et arabophones, elle renvoie à des relations de classes sociales, comme le suggère l’enfant, expliquant que parmi les francophones, il y a des élèves libanais fortunés. La pratique de l'arabe par les Français reste l'apanage des familles installées depuis longtemps au Liban. Ces ségrégations sont tangibles à différentes échelles dans les relations quotidiennes au lycée : en classe, dans les relations avec le personnel enseignant et l'administration ; dans la tenue. L’enfant parle d’un dernier type de ségrégation qui est celui du genre, où la séparation entre les filles et les garçons est davantage sensible au Liban qu'en France. D’après l’enfant, le lycée et son personnel enseignant reproduit ces différences, le personnel de direction étant français tandis que les surveillants sont tous des libanais. L’enfant a des camarades libanais au lycée mais il ne les fréquente guère en dehors pour des motifs d’origines sociales et du fait de sa non pratique de l'arabe, ce que l'enfant regrette. L’enfant parle de ses grandes vacances annuelles en France. Malgré ces relations françaises, l’enfant se sent expatrié et il voudrait retourner rapidement en France, tant il craint de ne pas pouvoir se réadapter en France s'il reste davantage au Liban. L’entretien est fini mais l’enregistrement continue. Il rend compte des informations télévisées libanaises en arabe. Les différents acteurs politiques répondent à la demande de cesser les bombardements. Une réunion est prévue avec le secrétaire général de la Ligue arabe, l’égyptien Mahmoud Ryad, tandis que le modéré Cheikh Hassan El Khaled, en tant que chef de la communauté sunnite libanaise et de la coalition islamique, déclare qu’il est temps d’intervenir au nom de la communauté libanaise, qu’elle soit chrétienne ou musulmane. Ensuite, le journal télévisé contredit les rumeurs de pollution qui affecterait les fleuves de la région, en conseillant aux Libanais de faire confiance aux analyses hydrauliques qui affirment qu’il n’y a pas de pollution. L’enregistrement est entrecoupé et sont ensuite entendus des bruits d’explosions.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
relation entre classes sociales
relation enseignant-élève
relation fille-garçon
francophonie
relation adulte-enfant
expatriation
hiérarchie sociale
établissement scolaire
éducation des enfants
communauté française
scolarité
enregistrement sonore d'une émission télévisée
École Supérieure des Lettres de Beyrouth

Date :
1975-01

Format :
1 bde
1h 16min

Langue :
français
arabe
fre
ar

Couverture :
Beyrouth
N33°53'20''
E35°29'39''

Droits :
Contrat signé avec la dépositaire. Recherche des ayants droit en cours.
Consultable sur autorisation

Relation(s) :
Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène

Type :
archives sonores
Sound

Source :
4378

Citation

enquêteur : Battegay, Alain et informateur : Métral, Bruno, “Un enfant français, en classe de sixième au lycée franco-libanais de Beyrouth, s’exprime au sujet des différences entre les écoliers, avec en fond sonore les actualités télévisées du Liban du début de l'année 1975,” Portail du patrimoine oral, consulté le 23 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121272.