Une fonctionnaire de l’ambassade de France à Beyrouth retrace sa vie professionnelle et privée de 1953 à 1975

Auteur(s) :
enquêteur : Métral, Françoise
informateur : Rabeh (Mme)

Editeur :
Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=12130
mmsh12130

Type :
archives sonores
Sound

Description :
L’informatrice est mariée à un Libanais et a un fils de quinze ans. Elle a commencé par travailler comme secrétaire, recrutée localement, dans le service commercial de l’ambassade de France, puis auprès du conseiller culturel. Elle a été, finalement, titularisée par le Ministère des Affaires Etrangères. Son histoire personnelle avec le pays remonte à 1953, date à laquelle elle s’est installée à Beyrouth à la suite d’un mariage avec un Français né au Liban. En 1955, elle divorce et rencontre des difficultés matérielles qui l’obligent à rentrer en France ; nostalgique du soleil, elle obtient un contrat de travail à Damas grâce à des contacts libanais. Cette expérience syrienne ne va durer qu’un mois car lors d’un week-end au Liban, elle s’y retrouve bloquée. En effet, en octobre 1956, la crise du Canal de Suez l’empêche de refranchir la frontière. Elle rencontre son second mari libanais qu’elle épouse en 1957 et reste au Liban. L’informatrice évoque la période de son premier mariage : elle se souvient avoir été très bien accueillie par ses amis libanais et n’avoir eu aucun souci d’hébergement et de travail. Le court séjour en Syrie, en revanche, était compliqué : elle ne connaissait personne et la situation politique était mouvementée. Au sujet de son second mariage, elle mentionne que sa belle-famille francophone et francophile était très ouverte et que cette union mixte a été favorablement acceptée. Le couple habite à Ras-Beyrouth avec leur fils scolarisé en classe de seconde et au sujet de leurs loisirs, l’informatrice évoque les pique-nique, les plages et les sports de plein air pratiqués dans le club de Kaslik, l’ATCL qui rassemble population française et libanaise. Leurs voyages les conduisent en Egypte, Jordanie, Syrie, Turquie et l’été en France où ils retrouvent la famille. Les soirées mondaines ne les intéressent pas, et leur cercle de relations est constitué de Franco-Libanais, d’étrangers, de Français. Les conversations sont, selon elle, différentes selon l’origine des personnes : avec les Libanais, la politique, le commerce prévalent alors que les discussions sont plus décontractées au sein de ses relations françaises. Ne pratiquant pas l’arabe, l’informatrice confesse que le monde musulman et arabophone ne lui est pas très familier à cause de la barrière de la langue. Elle pense que le Liban témoigne d’une particularité ethnique, confessionnelle et politique car se côtoient la langue et la culture française chère aux français chrétiens, l’anglais, langue économique par excellence, qui séduit de plus en plus musulmans et arméniens, et l’arabe qui monte en puissance en vertu d’un choix nationaliste gouvernemental. L’informatrice explicite également le système des bourses et souligne que les aides sont accordées surtout aux franco-libanais aux ressources modestes. Depuis 1972, elle remarque qu’une lutte sociale s’intensifie et l’avenir du Liban en est dépendant selon elle. Elle compte retourner en France avec son mari et son fils pour que celui-ci puisse y faire des études supérieures; elle considère avoir profité pleinement du Liban et envisage la retraite de son mari, la poursuite de sa carrière, à Paris.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
communauté libanaise
communauté française
intégration culturelle
relation intercommunautaire
francophonie
politique culturelle
mariage mixte
loisirs
différence culturelle
fonctionnaire
affaire du canal de Suez

Date :
1975

Format :
1 bde
2 h 09 min

Langue :
français
fre

Couverture :
Beyrouth
N33°53'20''
E35°29'39''

Droits :
Contrat signé avec la dépositaire. Recherche des ayants droit en cours.
Consultable sur autorisation

Relation(s) :
Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène

Type :
archives sonores
Sound

Source :
4394

Citation

enquêteur : Métral, Françoise et informateur : Rabeh (Mme), “Une fonctionnaire de l’ambassade de France à Beyrouth retrace sa vie professionnelle et privée de 1953 à 1975,” Portail du patrimoine oral, consulté le 23 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/120291.