Le censeur, membre du Syndicat national des enseignements de second degré, parle en 1975 de la vie politique et administrative du Lycée français de la Mission laïque de Beyrouth (Liban)

Auteur(s) :
enquêteur : Métral, Jean
informateur : Plessis (M.)

Editeur :
Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=11837
mmsh11837

Type :
archives sonores
Sound

Description :
L’informateur est né le 4 octobre 1931 en Algérie, d'un père fonctionnaire français. Il a étudié en France à compter de 1951 jusqu'au Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré(CAPES)de lettres modernes. En 1954, il est appelé à combattre en Algérie, une expérience qui l’a profondément marqué. Peu après son retour, pour quitter la France, l’homme a préféré une carrière internationale. Il fait un premier séjour au Liban comme professeur de lettres au lycée franco-libanais de 1958 à 1968, puis en Italie entre 1968 et 1972, après quoi il est retourné à Beyrouth en 1972 pour exercer comme censeur au lycée franco-libanais de Beyrouth. Il est arabophile mais non arabophone. Le censeur compare ses deux séjours au Liban et, en l’espace de 14 ans (entre 1958 et 1972), il constate une dégradation des conditions de vie au Liban, à cause de l’inflation, et parallèlement une évolution des relations avec les expatriés français, qui vivent alors repliés dans un “ghetto”. Parmi les Français, l’informateur distingue trois groupes : le personnel des ambassades, celui du monde des affaires et celui des enseignants. Pour sa part, le censeur revendique son affiliation au Syndicat national des enseignements de second degré dont il a été le secrétaire pendant quatre années, notamment car il représente selon lui les enseignants. Sur le plan politique, le censeur constate également une polarisation avec, parallèlement, une élite de plus en plus ostentatoire pour des motifs économiques plus qu’idéologiques, comme c’est le cas au Lycée français de la Mission laïque. Le censeur aborde ensuite les difficultés survenues avec le développement de l’éducation publique libanaise dès les années 1967-68 et plus précisément, avec la non équivalence des cursus arabophone et francophone. Il commente également l’échec des séparations des élèves en fonction de leur nationalité. Le censeur parle de son travail et, en tant que responsable des admissions, il justifie l’incapacité du Lycée à accueillir près de 95% des enfants francophones, pour la majorité des enfants français expatriés. La question de l'impérialisme culturel revient à de multiples reprises. Il se montre ambigu, tantôt valorisant un enseignement français de qualité, tantôt regrettant l’élitisme des institutions éducatives françaises dans le pays malgré son accès récent aux communautés musulmanes et rurales. Il estime néanmoins que l’enseignement français a sa place au Liban, comme alternative et non comme substitut à l'éducation publique libanaise, mais aussi comme seul rempart face à l’impérialisme anglo-saxon. Vers la fin de l’entretien, il commente les tensions internationales qui perturbent depuis les trois dernières années la vie au Liban et dont les effets se font sentir jusque dans l’enceinte du lycée. Cela se traduit par des clivages droite/gauche dans l'enceinte du lycée, lequel devient « un microcosme de la société libanaise ». L’informateur termine l’entretien en exprimant son projet de quitter le Liban pour un autre poste à l’étranger.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
rapport au travail
francophonie
rapport travailleur étranger et population locale
représentation de la France
vie politique et administrative
conflit social
identité nationale
communauté française
établissement scolaire
principes et méthodes pédagogiques
Union Française de l’Étranger de Beyrouth
Mission Laïque Française

Date :
1975-01

Format :
1 bde
1h h38min

Langue :
français
fre

Couverture :
Beyrouth
N33°53'20''
E35°29'39''

Droits :
Contrat signé avec la dépositaire. Recherche des ayants droit en cours.
Consultable sur autorisation

Relation(s) :
Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène

Type :
archives sonores
Sound

Source :
4379

Citation

enquêteur : Métral, Jean et informateur : Plessis (M.), “Le censeur, membre du Syndicat national des enseignements de second degré, parle en 1975 de la vie politique et administrative du Lycée français de la Mission laïque de Beyrouth (Liban),” Portail du patrimoine oral, consulté le 30 octobre 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/120264.