Récit de vie d'une fille d'Arménienne et d'Italien

Auteur(s) :
enquêteur : Cassé, Corinne
auteur personne morale : Paroles Vives
commanditaire : AD 13
informateur : Pappalardo, Martine

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=8398
mmsh8398

Type :
archives sonores
sound

Description :
L'informatrice retrace le parcours de ses parents et leur vie conjugale (mère Arménienne et père Italien). Elle connait très peu de choses de la vie de sa mère qu'elle présente comme très pieuse, aimant beaucoup le chant, faisant peu la cuisine, et ne parlant jamais de ses souffrances (départ d'Istanbul pour Marseille dans les années 1920 et séparation douloureuse d'avec sa famille). Elle évoque la plus forte présence de la culture et de la famille italienne de son père. Cependant elle analyse son parcours de vie personnel, fait de résidences à l'étranger et de plusieurs déménagements (Angleterre, Brésil), comme intimement lié à ce mélange culturel, et notamment à ses origines arméniennes. En effet, "se mettre en exil", recréer la diaspora, résister à l'oppresseur, s'adapter à des cultures différentes, apprendre plusieurs langues, avoir le goût des échanges sont des traits qu'elle a reproduit en permanence et qu'elle leur rattache. Par d'autres côtés, elle pense s'être positionnée inconsciemment contre ce qui fait selon elle la culture arménienne : le fait d'être économe, de vivre dans un milieu très protecteur voire étouffant, le nationalisme, l'importance de perpétuer l'histoire arménienne, ne sont pas des traits qui la caractérisent. Elle raconte être revenue à la culture et à la langue arménienne dans les années 1980 par l'intermédiaire de sa participation à une chorale. Le chant (religieux et populaire) étant devenu une façon de retourner vers cette culture, mais également un moyen de la transmettre. L'informatrice compare souvent son parcours à celui d'une de ses cousines qui est, elle, totalement intégrée dans la communauté arménienne. Elle parle ensuite de son refus de la vengeance, mais se demande comment gérer ses relations avec la Turquie, pays qui dérange ses valeurs politiques et morales. Elle n'est pas particulièrement engagée dans la cause arménienne, et n'est jamais allée en Arménie, sa priorité va davantage à la culture en général. L'informatrice raconte enfin une recherche d'archives qu'elle a faite sur le génocide arménien à Londres et sur le choc qu'elle a ressenti. Elle se pose la question de la transmission de cette histoire à son fils.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
chorale
fête
jardin
famille
relation conjugale
relation adulte-enfant
couturier
communauté italienne
relation intercommunautaire
identité culturelle
religion
transmission de la langue
coiffeur
transmission familiale
années 1920
Génocide arménien

Date :
2007-08-17

Format :
carte SD
WAVE 44.1khz - 16 bits
1h 36min

Langue :
français
fre

Couverture :
Marseille
43°17'51.40''N
5°22'51.75''E

Droits :
Droits cédés par contrat entre les informateurs, Paroles Vives, MMSH et AD13.
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

Type :
archives sonores
sound

Source :
2088

Citation

enquêteur : Cassé, Corinne et al., “Récit de vie d'une fille d'Arménienne et d'Italien,” Portail du patrimoine oral, consulté le 17 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/115381.