Une française expatriée à Beyrouth (Liban) discute en 1975 de l'enseignement de la langue française qu'elle donne depuis 2 ans au Collège protestant français

Auteur(s) :
enquêteur : Battegay, Alain
informateur : Kerlack, Yvette

Editeur :
Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=11556
mmsh11556

Type :
archives sonores
Sound

Description :
L'informatrice ne parle pas l'arabe et signale ne pas vouloir l'apprendre.
L'informatrice est l'épouse de l'informateur de l'enquête n°4357. La femme est enseignante de français au Collège protestant français de Beyrouth, au Liban. Elle est interrogée sur les impacts de la politique culturelle française qu'elle oppose à la réalité du contexte socio-culturel libanais. Elle désapprouve les enseignants qui considèrent leur mission, au lieu d’être celle de “former”, comme étant celle d’ “informer”. D’après l’enseignante, les évènements socio-politiques qu’elle cite (la guerre de juin 1967 et d'octobre 1973), sont aux yeux de ses collègues libanaises la preuve d’un changement attendu. Interrogée sur le lien entre la langue et la culture, l’enseignante conçoit la langue dans le contexte socioculturel libanais comme un éveil intellectuel; la philosophie ayant à ce propos une rôle important. A travers l’exemple d’une étudiante l’ayant accusée d’impérialisme culturel, l’enseignante démontre avoir réussi à développer un sens critique chez ses étudiants. Cependant, elle reconnaît la difficulté de séparer jusqu’à un certain point, la langue de la culture, car cela remet en cause la présence française justifiée par une politique institutionnalisée. Elle envisage que la présence française puisse exister au Liban, à condition que celle-ci pénètre tous les milieux libanais. Pour elle, les différents groupes communautaires qui constituent le Liban sont sur le point d’éclater, et, même si elle parle explicitement d’une “réalité fragmentée”, elle se rassure en mentionnant une prise de conscience permettant d’éviter la perspective à venir. L’enquêteur achemine l’entretien vers son terme en affirmant la pertinence de son enquête dans le contexte socio-culturel libanais. Il pose des questions sur ce que pensent les Libanais des privilèges accordés aux Français, mais la femme, reste globalement dubitative.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
francophonie
politique culturelle
institution culturelle
relation enseignant-élève
conflit social
communauté libanaise
domination culturelle
école mixte
relation intercommunautaire
collège
principes et méthodes pédagogiques
Collège Protestant Français de Beyrouth
guerre des six jours (juin 1967)
guerre du Kippour (octobre 1973)

Date :
1975-01

Format :
1 bde
57min

Langue :
français
fre

Couverture :
Beyrouth
N33°53'20''
E35°29'39''

Droits :
Contrat signé avec la dépositaire. Recherche des ayants droit en cours.
Consultable sur autorisation

Relation(s) :
Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène

Type :
archives sonores
Sound

Source :
4359

Citation

enquêteur : Battegay, Alain et informateur : Kerlack, Yvette, “Une française expatriée à Beyrouth (Liban) discute en 1975 de l'enseignement de la langue française qu'elle donne depuis 2 ans au Collège protestant français,” Portail du patrimoine oral, consulté le 23 janvier 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121456.