Une enseignante du Collège protestant français de Beyrouth (Liban) attachée à la culture libanaise, parle des rapports individuels entre les Français et les Libanais

Auteur(s) :
enquêteur : Métral, Jean
enquêteur : Métral, Françoise
informateur : Bodelet, Annick

Editeur :
Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=11483
mmsh11483

Type :
archives sonores
Sound

Description :
L’informatrice signale parler l’anglais et apprendre l’arabe
L’entretien a déjà commencé quand l’enregistrement est enclenché. L’informatrice est enseignante au Collège protestant français de Beyrouth. Elle est arrivée au Liban pendant les vacances d’été 1972 et son logement situé dans le quartier du Hamra, lui avait été payé par ses futurs beaux-parents. Quand elle a quitté son compagnon, son installation a été plus difficile. A présent, elle vit dans une chambre au Collège protestant français. Elle a beaucoup voyagé avant d’arriver au Liban (Turquie, Italie, Grèce, etc.) mais depuis qu’elle est au Liban (seul voyage fait pour des motivations professionnelles), elle a peu voyagé au Moyen-Orient. Ses loisirs sont le sport (gymnastique, randonnée, natation, etc.), le théâtre et l’apprentissage de l’arabe. Elle ne fait pas partie d’une association francophone et elle évite les invitations chez ses collègues français. Elle dénonce le cumul des fonctions des professeurs français. Régulièrement, elle aborde les relations entre les filles et les garçons français et libanais. D’après elle, 50% des Français installés au Liban sont célibataires. Elle estime qu’ils gagnent très bien leur vie, elle pense qu’ils font cela pour le confort et le salaire mais pas pour la fonction. L’informatrice juge les professeures libanaises plus distinguées que les professeures françaises à qui elle reproche leurs stéréotypes et leur refus de la culture arabe. Elle signale une concurrence entre les cultures françaises et anglaises, et sa répercussion sur l’enseignement de la langue et de l’histoire arabe, méprisé par les élèves. Elle note également l’influence culturelle sur les étudiants libanais, selon l’enseignement de la langue française ou anglaise. Pour elle, le Collège protestant français est réputé pour être une bonne école et ses élèves sont issus d’un milieu aisé. Elle décrit les relations entre les étudiants qui ont souvent des problèmes affectifs (à cause du travail, les pères s’absentent souvent) et les enseignants qui tiennent à marquer une distance parfois démagogique. Elle pense pouvoir apporter quelque chose de différent aux élèves car elle n’a pas une culture similaire à celle des professeurs de français. En effet, selon elle, la plupart des enseignants français sont issus d’anciennes colonies françaises et ils véhiculent un comportement colonialiste et impérialiste. Ils sont très différents des enseignants qui sont en France. De fait, certains étudiants sont désabusés par la société libanaise et, en tant qu’enseignante, elle a des difficultés à appliquer son programme face au désintéressement des élèves. L’entretien s’oriente sur la vision que l’enseignante a des Français de Beyrouth. Elle trouve qu’il n’y a pas de proximité entre les Français et que l’aide culturelle française ne devrait pas prendre un aspect économique. Elle ne cherche pas à influencer ses élèves afin qu’ils n’aient pas une idée biaisée de la France. Elle confie ne pas se sentir à sa place dans son rôle d’enseignante car elle est perçue comme étant française avant même d’être perçue comme un individu. L’enseignante souhaite rentrer en France l’année prochaine et elle n’envisage plus de retourner à l’étranger.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
francophonie
élite
communauté libanaise
relation homme-femme
relation humaine
institution culturelle
relation vie privée-vie professionnelle
domination culturelle
bilinguisme
Collège Protestant Français de Beyrouth

Date :
1975-01

Format :
1 bde
1h 40min

Langue :
français
fre

Couverture :
Beyrouth
N33°53'20''
E35°29'39''

Droits :
Contrat signé avec la dépositaire. Recherche des ayants droit en cours.
Consultable sur autorisation

Relation(s) :
Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène

Type :
archives sonores
Sound

Source :
4361

Citation

enquêteur : Métral, Jean, enquêteur : Métral, Françoise, et informateur : Bodelet, Annick, “Une enseignante du Collège protestant français de Beyrouth (Liban) attachée à la culture libanaise, parle des rapports individuels entre les Français et les Libanais,” Portail du patrimoine oral, consulté le 23 janvier 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121439.