Témoignage d'un opérateur au conditionnement aux raffineries de sucre Saint Louis à Marseille, en poste depuis 1999, à propos de la transmission des savoir-faire et de la restructuration de l'entreprise

Auteur(s) :
commanditaire : AD 13
auteur personne morale : Paroles Vives
enquêteur : Maniaval, Elodie
informateur : Trujillo, Fabien

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=12093
mmsh12093

Type :
archives sonores
Sound

Description :
L'informateur, âgé de 41 ans, né à Alès, arrive à Marseille en 1999 pour venir travailler à Saint Louis sucre. Il relate comment il est rentré dans l'entreprise, les différents tests qu'il a dû passer (1 min). Il commence par faire les quarts de nuit en intérim en tant qu'opérateur au conditionnement dans un quartier situé au rez-de-chaussée, là où sont réceptionnés les produits finis, afin de les fardeler et de les palettiser. Il renseigne ainsi sur les différentes tâches qu'il devait exécuter sur ce poste qu'il a occupé pendant 9 ans. En polyvalence avec ce poste, il était cariste banderoleuse, et explique alors de quoi il s'agit (4 min). Grâce à un départ à la retraite, il occupe depuis 2008 le poste d'avanceur. Cela consiste à gérer les flux de sucre qui viennent de la raffinerie pour pouvoir alimenter le conditionnement et gérer les silos. L'informateur parle alors de l'intérêt qu'il trouve à ce poste (7 min). Il a eu une formation initiale donnée par la personne qu'il a remplacée, et explique alors que la transmission de ce savoir particulier a pu se faire de manière adaptée. Par la suite, il est devenu formateur référent à son poste afin qu'il n'y ait pas de déperdition de savoir pour un fonctionnement optimum. Aujourd'hui, cette transmission est faite de manière normée pour avoir le savoir de base mais elle est également encadrée sur le terrain car une grosse part de l'apprentissage se fait de manière empirique. Lui a déjà été amené à former quatre avanceurs et témoigne du plaisir qu'il a eu à le faire (9 min). Il parle ensuite des différentes étapes de la chaîne opératoire, de l'arrivée du sucre au port, jusqu'à sa sortie de l'usine. Il détaille le process mis en œuvre pour transformer le sucre brut, non raffiné, en sucre blanc, raffiné. En 2015, 80 000 tonnes de sucre roux ont été fondues dans l'année, alors que dans les meilleures années, le tonnage arrivait à 220 000 lorsque l'usine tournait en continu (16 min). Il aborde alors la décision du groupe Saint Louis d'arrêter le pôle raffinerie à l'usine de Marseille pour la fin de l'année 2015 et parle de l'histoire de l'usine. Il explique que désormais l'usine de Marseille ne se cantonnera plus qu'au conditionnement, ce qui va engendrer 77 suppressions de postes puisque le sucre ne sera plus transformé (19 min). L'informateur détaille ensuite les différents produits qui étaient élaborés dans l'usine et témoigne de ce déclin depuis les années 2010. Il parle aussi des évolutions qu'il a connues dans son poste d'avanceur, notamment l'automatisation (25 min). L'entretien s'oriente ensuite sur les sens qu'il est amené à solliciter dans son métier, l'écoute, la vue, l'appréciation de la chaleur. Il témoigne aussi de la fierté qu'il a à produire du sucre et de la curiosité qu'il développe vis-à-vis de son métier (31 min). Il parle ensuite de la sécurité qui est mise en place dans l'usine, notamment une machine pour emprisonner les poussières de sucre qui sont explosives (35 min). L'entretien s'oriente ensuite sur les conditions de travail, le travail de nuit et le rythme des 3/8 qui peut avoir des avantages. Il revient sur la sécurité au travail en parlant des outils de protection qu'il utilise (38 min). Il aborde ensuite la camaraderie, la solidarité entre les salariés, chose qui l'a marqué à l'époque car aujourd'hui avec les suppressions de postes, il travaille davantage seul. Il parle aussi des relations avec la direction, qui par moment ont pu être tendues, qui plus est avec son statut d'élu du personnel CGT depuis 2001. Il parle alors de son engagement syndical qui tombait sous le sens, étant donné son histoire familiale (44 min). L'informateur aborde les différents combats auxquels il a participé depuis qu'il est question de fermer la raffinerie. Il parle du projet alternatif qui est proposé par la CGT pour empêcher la fermeture. Ce projet a été élaboré pour venir en réponse à la libéralisation du marché du sucre qui se met en place en 2015. Il explique ce que cela va engendrer (48 min). Il évoque ensuite les trois directions qu'il a connues, les relations avec la hiérarchie et les restructurations qui ont été instaurées. En 1999, il y avait plus de 300 employés et aujourd'hui en 2015 les salariés sont au nombre de 113, le but étant d'arriver à 60 une fois la raffinerie arrêtée. Il revient sur les diverses grèves auxquelles il a participé, celles qui l'ont marqué (55 min). Il parle ensuite des changements occasionnés depuis le rachat de l'entreprise par le groupe allemand Südzucker. Quelques liens existent entre les différentes entreprises françaises qui appartiennent au groupe mais il explique que les cultures ouvrières différentes ne facilitent pas les choses (1 h). L'informateur témoigne du lien entre le quartier de Saint-Louis et l'usine qui lui a emprunté son nom. Il parle de l'embauche conséquente générée par l'entreprise (1 h 06 min). Les actions réalisées par le CE de l'époque sont abordées, comme la mise en place d'une bibliothèque, d'un stade de football et d'un gymnase dans le quartier (1 h 08 min). Enfin, il termine l'entretien en décrivant des archives trouvées à l'usine. Pour lui, elles font partie de l'histoire du mouvement ouvrier et il se dit touché de faire partie de cette histoire (1 h 10 min).

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
condition de travail
carrière professionnelle
grève
sécurité au travail
transmission d'un savoir
apprentissage
conflit social
stratégie de l'entreprise
solidarité ouvrière
syndicat
travail en usine
sucre
années 2010

Date :
2015-11-26

Format :
1 carte SD, 44khz/16bits
1h 13min

Langue :
français
fre

Couverture :
Marseille

Droits :
Signature d'un contrat avec l'informateur et d'une convention entre les AD13, Paroles Vives, et la MMSH spécifiant les droits d'utilisation pour tous les partis.
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Une histoire sociale du territoire à travers les mémoires orales des industries à Marseille

Type :
archives sonores
Sound

Source :
5157

Citation

commanditaire : AD 13 et al., “Témoignage d'un opérateur au conditionnement aux raffineries de sucre Saint Louis à Marseille, en poste depuis 1999, à propos de la transmission des savoir-faire et de la restructuration de l'entreprise,” Portail du patrimoine oral, consulté le 6 décembre 2019, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/119980.