Un ancien fabriquant de cloches parle de son métier, de l’origine des cloches et évoque certaines dérives du métier

Auteur(s) :
enquêteur : Laurence, Pierre
informateur : Lamy, Georges

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=11498
mmsh11498

Type :
archives sonores
Sound

Description :
L’enquêteur s’entretient avec un ancien fabriquant de cloches originaire du Pays-de-Gex, en Suisse, qui a exercé entre 1977 et 1982. L’entretien débute sur l’origine de sa passion pour les cloches. Il fabrique principalement des “bourdons”, terme qu’il utilise pour désigner toutes les cloches en acier (y compris les toupins et chamonix). Puis il explique la différence entre les cloches faites à la main et celles fabriquées en série qui pour lui ont moins de valeur. Il explique chaque étapes de fabrication des cloches. Tout d’abord, le travail du métal : le martelage du métal joue un rôle important dans la sonorité d'une cloche. Ensuite vient l’étape de la soudure des deux moitiés de la cloche. Il explique la différence entre la soudure et la brasure et précise que, selon lui, la soudure est plus facile à effectuer. Il évoque des dérives du métier de fondeur où, à son grand regret, le profit importe plus que la qualité de la cloche. En effet, d’après lui, le poids de la cloche est gage de sa qualité. L’enregistrement se poursuit à propos de l’origine des cloches de vaches qui existeraient depuis plus de six siècles. Les premières cloches en bronze auraient été fabriquées à partir de résidus de cloches d’église. L’entretien se poursuit en décrivant les sonnailles en tôle, les cloches en bronze ainsi que les campaines. L’ancien fabriquant donne des éléments sur la proportion de chaque type de cloche au sein d’un troupeau de vaches. Il insiste sur l’importance de bien proportionner les différentes cloches afin qu’il y ait une harmonie. Pour lui, l’intérêt de mettre des cloches aux vaches est principalement de gagner du temps dans la montée du troupeau car elles rythment la cadence des vaches. L’entretien s’achève sur les cloches de vaches d’Avignon fabriquées par une fonderie du même nom.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
travail avec les animaux
berger
savoir sur les animaux
transhumance
relation homme-animal
acoustique musicale
passion du métier
collier d'animal

Date :
1991-05-08

Format :
1 cass. audio.
1h07min

Langue :
français
fre

Couverture :
Bellegarde-sur-Valserine
46°10'0''N
5°20'0''E

Droits :
Contrat d'utilisation signé avec l'enquêteur.
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Entretiens auprès d’éleveurs et de fabricants de cloches sur la culture des cloches de bovins dans le Haut-Jura

Type :
archives sonores
Sound

Source :
4641

Citation

enquêteur : Laurence, Pierre et informateur : Lamy, Georges, “Un ancien fabriquant de cloches parle de son métier, de l’origine des cloches et évoque certaines dérives du métier,” Portail du patrimoine oral, consulté le 17 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118940.