Témoignage d'un harki qui demanda protection au Bachaga Boualam et qui lui voue un véritable culte

Auteur(s) :
enquêteur : Mathias, Grégor
informateur : 0798

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=6695
mmsh6695

Type :
archives sonores
sound

Description :
Au début de l'enquête, l'informateur compare les méthodes d'enseignement dans les écoles arabes et françaises. Il se souvient que les membres du FLN venaient récolter l'impôt deux fois par mois chez lui. Un jour son père a vendu son troupeau et a disparu. Les membres du FLN ont continué à venir se faire nourrir chez lui jusqu'à ce que sa mère proteste et soit jugée devant un tribunal. Cette affaire se répéta plusieurs fois. A la veille du quatrième procès, un oncle membre du FLN conseilla à la mère de l'informateur et à ses deux fils de partir le plus vite possible. Le soir même ils prirent un taxi pour aller se réfugier chez le Bachaga Boualam qui employait un membre de leur famille comme garde champêtre. L'informateur fait également le récit de trois de ses oncles qui ont été égorgés par le FLN. L'informateur n'avait pas l'âge officiel requis pour s'engager, il demanda alors au Bachaga d'intervenir auprès du général Boulanger pour obtenir une dérogation, ce qu'il obtenu. Son engagement répondait à des questions d'ordre sécuritaire et financier. Il avait pour rôle de servir de chauffeur et garde du corps à son beau-frère, un proche du Bachaga Boualam. L'informateur se souvient de la venue du Général de Gaulle à Orléansville et évoque les conditions dans lesquelles se sont déroulées le référendum : le FLN qui barrait les routes, l'armée française qui ramenait la population aux bureaux de vote. Les partisans du Bachaga Boualam ne comprenaient pas ce qui se passait mais comme pour toutes les décisions importantes ils s'en remirent au Bachaga et votèrent en faveur du référendum. L'informateur n'a jamais réellement pensé que la France se retirerait de l'Algérie. Il termine l'enquête en racontant l'arrivée en France du Bachaga, et évoque la mémoire de ce dernier dans des termes très élogieux.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
harki
scolarité
histoire familiale
opération militaire
armement
culte
condition de vie
communauté villageoise
clientélisme
procès
De Gaulle, Charles
Boualam, Saïd
Front de Libération Nationale
guerre d'Algérie

Date :
1998-02-04

Format :
1cass.
50min 22s

Langue :
français
fre

Couverture :
Mas-Thibert
43°33'28.73''N
4°43'31.35''E

Droits :
Mathias, Grégor, enquêtes réalisées dans le cadre d'une convention entre l'Université de Provence et l'Association des Anciens des Affaires Algériennes. Pour toute utilisation du corpus, il conviendra de contacter M. Mathias par l'intermédiare de la Phonothèque de la MMSH.
Consultable sur autorisation

Relation(s) :
Récit de vie de Harkis

Type :
archives sonores
sound

Source :
635

Citation

enquêteur : Mathias, Grégor et informateur : 0798, “Témoignage d'un harki qui demanda protection au Bachaga Boualam et qui lui voue un véritable culte,” Portail du patrimoine oral, consulté le 22 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118569.