Témoignage d'une ancienne enseignante sur sa vie dans les 1930 en Saone-et-Loire et les rapports avec l'occupant Allemand au début des années 1940

Auteur(s) :
enquêteur : Morel, Odile
informateur : Gonnet, Mme

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=10351
mmsh10351

Type :
archives sonores
sound

Description :
L’informatrice est née en 1901. Son père était fonctionnaire de l’enseignement technique. Elle est également enseignante. Son mari travaille à la trésorerie générale. Elle vit dans la région de Cluny et Mâcon. Elle est un témoin lointain des mouvements sociaux à Mâcon, n’étant pas directement concernée. Elle se souvient d’être informé sur les évènements se déroulant en Allemagne dans les années 30 par les actualités diffusées au cinéma. Son mari ayant fait la guerre de 1914-1918 est inquiet parce qu’il voit l’histoire recommencer. Celui-ci est muté à Montceau-les-Mines, où l’informatrice le rejoint avec ses enfants. L’informatrice déclare avoir mené à cette époque une “vie très large”, et se souvient des années 1930 comme d’une période heureuse. En 1938 apparaît pour elle l’inquiétude de la guerre. Elle note que certains Français pensaient que leur pays devait être prise en main par quelqu’un comme Hitler. L’informatrice parle ensuite de la période de l’occupation, et livre de nombreuses anecdotes sur les relations des habitants avec l’occupant. Elle explique comment M. Gerbe qui possède une manufacture de bas à Montceau-les-Mines et habite son immeuble, commerce avec les allemands. Ceci lui permet indirectement de conserver son logement pourtant convoité par les Allemands. Fuyant l’occupant, elle part en exode qu’elle décrit, arrive à Clermont-Ferrand. L’occupation s’étendant finalement à Clermont-Ferrand, le couple repart à Montceau-les-Mines. Elle évoque certaines marques de solidarité durant cette période. Suite à une coupure dans l’enregistrement due à un problème technique, l’informatrice poursuit son récit d’anecdotes sur les relations avec l’occupant. Elle dévoile alors que son mari faisait partie du réseau de résistance Ajax. Selon elle, les Français été “admirables de résistance”. Elle explique la position particulière de son mari vis-à-vis de Pétain et de De Gaulle. De part son expérience de la première guerre mondiale, il avait conservé un respect pour le premier jusqu’à l’armistice. Interrogée à ce sujet par l’enquêtrice, elle parle de cas de dénonciation dans sa ville. Elle raconte différentes anecdotes témoignant de l’organisation de la résistance, de la complicité de ce réseau. Elle relate également des histoires d’individus collaborant avec l’occupant de diverses manières dans la ville de Montceau-les-Mines. L’entretien est particulièrement riche en anecdote. La place de l’enquêtrice dans chacune d’elle n’est pas toujours définie : si elle semble souvent être une source indirecte, elle fait pourtant part de nombreux détails.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
enseignant
organisation de la résistance
fonctionnaire
solidarité
cinéma
Ajax
Pétain, Philippe
De Gaulle, Charles
Manufacture Gerbe
Résistance
Occupation allemande
guerre de 1939-1945
années 1930

Date :
1983

Format :
2 cass.
1h 40min

Langue :
français
fre

Couverture :
s.l.
5°27'14.92"E
43°31'29.67"N

Droits :
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Celles qui n'ont pas écrit

Type :
archives sonores
sound

Source :
4144

Citation

enquêteur : Morel, Odile et informateur : Gonnet, Mme, “Témoignage d'une ancienne enseignante sur sa vie dans les 1930 en Saone-et-Loire et les rapports avec l'occupant Allemand au début des années 1940,” Portail du patrimoine oral, consulté le 21 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118415.