Récit de vie d'un ancien tourneur sur métaux en Algérie sur la période 1930-1945

Auteur(s) :
enquêteur : Kuhlmann, Corinne
informateur : Lodino, M.

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=10358
mmsh10358

Type :
archives sonores
sound

Description :
L’informateur est un ancien tourneur sur métaux, ayant exercé ce métier à Constantine en Algérie. Il débute l’entretien par une description du déroulement d’une journée de son métier, explique qu’il effectuait 48 heures de travail par semaine. Il fournit ainsi quelques détails sur son métier et sur les conditions de travail dans la mine. Né en 1912, il commence à travailler en 1924, embauché comme manoeuvre à l’atelier des nettoyages des appareils. De 1924 à 1928, il devient apprenti-tourneur. Dans sa famille, on travaillait depuis quelques générations. Il donne le salaire de son père par jour. Il exprime la condition sociale de sa famille, incapable de payer ses études contrairement à d’autres. Sa famille, nombreuse, était logée dans trois chambres. Il intègre une société de musique et joue le dimanche. La crise de 1932 provoque des licenciements, il achète un petit commerce avec ses frères, déménage de la mine. La famille vie sur ce petit commerce. Le village où il vit est essentiellement habité par des fonctionnaires (douaniers, gendarmes...). En 1932, alors qu’il doit partir pour le service militaire, le maire fait le nécessaire pour le faire rester comme soutien de famille. Il travaille ainsi à l’épicerie jusqu’en 1938. Alors, les activités de la mine repartent, il y retourne exercer le métier de tourneur. L’informateur explique qu’à cette époque les ouvriers ne sont pas informés des mouvements ouvriers en France. Il n’a pas accès aux journaux internationaux et n’a pas de radio. Il aborde ses mobilisations et démobilisations successives. Il décrit brièvement le parcours de vie de sa femme. L’informateur manifeste son intérêt exclusif pour la conservation d’un métier lorsqu’il raconte comment, après avoir pris la carte de Pétain pour être assuré de garder son travail en 1941, il change pour celle de De Gaulle sur conseils et pour la même raison. Il parle de sa mobilisation et du peu de moyen constaté à travers son uniforme. Les mariages se faisaient souvent dans la communauté des mineurs. L’enquêtrice l’interroge sur sa cohabitation avec les indigènes à l’armée.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
ouvrier
chômage
tourneur
épicerie
mine
rémunération
condition de travail
années 1930
années 1940
guerre de 1939-1945
Mobilisation militaire

Date :
1983

Format :
1 cass.
1h 3min 8s

Langue :
français
fre

Couverture :
s.l.

Droits :
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Celles qui n'ont pas écrit

Type :
archives sonores
sound

Source :
4124

Citation

enquêteur : Kuhlmann, Corinne et informateur : Lodino, M., “Récit de vie d'un ancien tourneur sur métaux en Algérie sur la période 1930-1945,” Portail du patrimoine oral, consulté le 8 décembre 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118411.