Récit de vie d’une professeur de Lettres en Algérie indépendante

Auteur(s) :
enquêteur : Bracco, Hélène
informateur : 1194
interv. : Bracco, Michel

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9993
mmsh9993

Type :
archives sonores
sound

Description :
L’informatrice est née en Algérie en 1926. Elle a choisi de rester en Algérie après l’indépendance pour raison familiale et de garder la nationalité française. Ses ascendants sont en Algérie depuis 1870, date à laquelle son arrière grand-mère maternelle est venue d’Alsace dans la plaine de Boufarik. Durant son enfance, l’informatrice explique ne pas avoir été en contact avec d’autres enfants algériens car elle a effectué sa scolarité jusqu’au bac dans une école catholique, et d’autre part parce que les deux communautés étaient très séparées. L’évènement qui a marqué l’informatrice se trouve être l’exode massif des Pieds Noirs après l’indépendance de 1962. L’informatrice avait conscience des inégalités sociales qui frappaient le peuple algérien (salaires inégaux, banque spéciale) et n’a donc pas été surprise par la révolte. Elle se souvient que l’insurrection de 1954 a débuté dans l’intérieur des terres, et qu’elle était fragmentée. L’informatrice reste convaincue que l’insurrection ne visait pas les Pieds Noirs mais était porteuse de revendications sociales. Durant la période de guerre (1954-1962) la crainte de l’informatrice concernait les attentats. Elle considère que le terrorisme, de la part du FLN comme de l’OAS effrayait les populations et créait un climat de folie. La perception d’une lutte pour l’indépendance était difficile pour l’informatrice qui estime que la presse et les discours politiques ne relayaient pas les revendications du peuple algérien et minimisaient l’ampleur de la révolte. Elle décrit ensuite sa vie en Algérie indépendante, les bonnes relations qu’elle entretient avec le peuple algérien et son travail de professeur de Lettres. L’entretien se conclut par l’évocation de l’ostracisme du corps enseignant coopérant vis-à-vis des Pieds Noirs, auquel son parcours d’enseignante l’a confrontée.

Sujet(s) :
enquête
parole
communauté pied-noire
relation intercommunautaire
coopération du Service national à l'étranger
angoisse
inégalité sociale
politique éducative
relation chrétien-musulman
éducation religieuse
intégration sociale
Front de Libération Nationale
Organisation de l'armée secrète
Ben Bella, Mohammed
Chaulet, Alexandre
De Gaulle, Charles
guerre d'Algérie
indépendance de l'Algérie
insurrection algérienne
1962
1954
Accords d'Evian
1962-03-26
1962-03-19

Date :
1993

Format :
1 cass.
1h 10min

Langue :
français
fre

Couverture :
Alger
36°45'10.39''N
3° 2'31.37''E

Droits :
Contrats d’utilisation et de diffusion signés avec l’enquêteur
Extrait en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
L'autre face "Européens" en Algérie indépendante

Type :
archives sonores
sound

Source :
4015

Citation

enquêteur : Bracco, Hélène, informateur : 1194, et interv. : Bracco, Michel, “Récit de vie d’une professeur de Lettres en Algérie indépendante,” Portail du patrimoine oral, consulté le 23 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/117979.