Témoignage d'une épouse d'employé tuyauteur aux Forges et chantiers navals de La Seyne-sur-Mer née dans les années 1940, au sujet de la carrière professionnelle de son mari et des bouleversements sur la ville provoqués par la fermeture de l'établissement

Auteur(s) :
enquêteur : Grosjean, Frédérique
informateur : Leclere, Hélène
commanditaire : Histoire et patrimoine seynois

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9565
mmsh9565

Type :
archives sonores
sound

Description :
L'informatrice, d'origine italienne et née à La Seyne-sur-Mer, est l'épouse d'un ouvrier tuyauteur aux Forges et chantiers navals de La Seyne-sur-Mer. Ses beaux-parents et son frère travaillaient aussi aux Chantiers navals. Ayant commencé en tant que manoeuvre, son mari progresse petit à petit jusqu'à devenir ouvrier P3. Il n'ira pas au-delà en raison de ses engagements politiques. Pendant 11 ans, il est payé moins que le SMIC avec 10 heures par jour, payé à la quinzaine en liquide. Les salaires sont très bas, la vie y est très dangereuse. Les heures supplémentaires (nuits et jours) sont le seul moyen pour arriver à s'en sortir décemment. La peur du chômage existe déjà dans les années 1960, il essaye sans succès d'aller travailler ailleurs. Maintenant, son mari a les poumons gravement touchés par l'amiante. Aux chantiers, à l'époque, on ne l'a pas arrêté, car il était indispensable. Parmi les ouvriers, il y avait le goût du travail bien fait, la fierté, l'amour du travail. Les possibilité d'évolution existaient sur les chantiers, la formation continue, l'école de Mouissèque offrait un cadre pour la validation de ces savoir-faire. Les savoir-faire étaient reconnus par tous. Le déclin des Chantiers commence avec la séparation du terrestre et du naval, puis "les marchands d'hommes" (sous-traitants), qui amenaient des hommes sans qualification dans des conditions très difficile : le travail était à refaire par derrière. Après 1968, les conditions de travail étaient défendues par des grèves et des manifestations (port du casque, port du masque, présence d'un organisme de sécurité, 13e mois, mutuelle, salaire plus élevé, vacances, prime de fin d'année...). La ville profitait de la présence des chantiers, le marché était ouvert tous les jours toute la journée, la boulangerie était ouverte à partir de 5 heures du matin. Le premier changement qui touche la ville est l'arrivée de pieds-noirs en 1962 accueillis par Toussaint Merle qui prend des mesures pour les aider : c'est la création du quartier Berthe. La ville s'agrandit. Le deuxième grand changement est la fermeture des chantiers. Face à cette situation, il y a eu de nombreux suicides, des femmes quittent leur mari qui ne ramenait plus le salaire. Lorsque Charles Scaglia fait raser les bâtiments, c'est une émotion pour ceux qui sont restés. C'est un énorme gaspillage d'argent : les bâtiment récemment rénovés, comme le cinéma des chantiers, auraient pu servir à la communauté qui en avait besoin.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
témoignage thématique
chantier naval
amiante
attachement au travail
baptême de navire
entreprise en difficulté
Équipement de Protection Individuelle
évolution du métier
grève
formation professionnelle
maladie professionnelle
militantisme syndical
relation homme-femme
sentiment d'appartenance
travail précaire
cessation d'activité
communauté pied-noire
condition de travail
condition de vie
Merle, Toussaint
Scaglia, Charles
Chantiers navals de La Ciotat
années 1950
années 1960
1989
années 1980

Date :
2007-02-23

Format :
mp3
fichier numérique en format compressé
1h 12min

Langue :
français
fre

Couverture :
La-Seyne-sur-Mer
43° 5'40.08''N
5°52'58.30''E

Droits :
Contrat d'utilisation signé entre l'enquêteur et l'informateur spécifiant les droits de conservation, d'archivage et de diffusion mis en oeuvre par l'association Histoire et patrimoine seynois (copie à la phonothèque).
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Archives sonores autour des femmes et des chantiers de La Seyne-sur-Mer

Type :
archives sonores
sound

Source :
3332

Citation

enquêteur : Grosjean, Frédérique, informateur : Leclere, Hélène, et commanditaire : Histoire et patrimoine seynois, “Témoignage d'une épouse d'employé tuyauteur aux Forges et chantiers navals de La Seyne-sur-Mer née dans les années 1940, au sujet de la carrière professionnelle de son mari et des bouleversements sur la ville provoqués par la fermeture de l'établissement,” Portail du patrimoine oral, consulté le 20 janvier 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/117190.