Témoignage d'une épouse d'employé des Forges et Chantiers de La Seyne-sur-Mer née dans les années 1930, sur les apports des Chantiers, l'ambiance particulière qui régnait à l'époque et les modifications apportées par la fermeture

Auteur(s) :
enquêteur : Gomis, Marcia
informateur : Rinaldi, Lucia
commanditaire : Histoire et patrimoine seynois

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9612
mmsh9612

Type :
archives sonores
sound

Description :
Cet entretien est le second pour l'informatrice, épouse d'un ouvrier aux Forges et Chantiers navals de La Seyne-sur-Mer, avec la même enquêtrice. Son mari intervient ponctuellement pendant l'entretien. L'informatrice insiste sur les avantages des Chantiers, comme la coopérative d'achat, l'exposition de livres, la bibliothèque, la vente de vêtements de sports (braderies), la station de ski accessible, le tennis (un court communal et un aux Chantiers), les différents sports (aviron, etc.). Pour elle, tout devient possible, il se dégage une impression d'égalité des chances. Elle perd sa timidité à La Seyne-sur-Mer et trouve une liberté de penser. Elle prend de l'ambition pour ses enfants et leurs études. Avec sa culture militante, elle trouve une consécration avec les Chantiers. Maurice Dimo, Danielle De March sont des personnalités engagées. Grâce aux Chantiers navals, l'informatrice peut devenir propriétaire. Elle et son époux ont également une vie associative de loisirs, son mari est entraineur de football. Le travail du mari est difficile : il y a l'amiante et surtout le bruit. Les ouvriers des Chantiers navals ont désormais tous des problèmes de surdité. L'époux de l'informatrice avait l'angoisse du travail bien fait, surtout quand il était chef de chantier. Les vagues humiliantes de licenciements des soit disant "bras cassés", puis de la sous-traitance, des immigrés surtout, sont dures à vivre. Grâce à la lutte syndicale, l'idée de préretraite est défendue et il peut en profiter. L'informatrice trouve un nouvel emploi et demande à son époux d'être son chauffeur pour ne pas le laisser seul. Beaucoup de couples ont divorcé avec la fermeture des Chantiers navals. Les enfants aussi ont été touchés dans leur avenir. Il y a eu des suicides d'ouvriers. Encore maintenant, il reste des chômeurs de longue durée qui n'ont plus d'autorité, leurs enfants sont au chômage, il n'y a pas d'espoir. La vie sociale a changé. Aujourd'hui plus personne ne se connait. Certains sont partis avec un pécule, mais en l'investissant dans des commerces à La Seyne-sur-Mer, ils ont tout perdu et se sont endetté. Certains sont partis loin, en ville, à la campagne. La Seyne-sur-Mer a beaucoup perdu. Son tourisme était important, il était populaire, accessible aux petits salaires. Il apportait beaucoup d'argent aux commerçants et au marché. Il y avait une humanité à La Seyne-sur-Mer, à tous les niveaux de classes sociales. L'informatrice constate que, comme souvent, les derniers immigrés sont ceux qui ont le plus souffert, avec des emplois sans qualification, et ils étaient les premiers au chômage. Les enfants pouvaient faire de bonnes études, mais le chômage a tout changé. L'espoir a disparu pour les jeunes. Avant, habiter en HLM était souhaité. A présent, c'est synonyme d'exclusion, de manque d'emploi, de violence. Ce qui s'est passé à La Seyne-sur-Mer, se reproduit ailleurs, le malaise est à l'échelle nationale. De nombreux jeunes ont été sacrifiés. Elle retrouve avec l'histoire des mines de Lorraine, des Chantiers navals de La Seyne-sur-Mer, un éternel recommencement où les émigrés sont toujours victimes.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
témoignage thématique
chantier naval
activité associative
solidarité
carrière professionnelle
condition de vie
condition sociale de la femme
cessation d'activité
éducation des enfants
grève
identité collective
inégalité sociale
licenciement
relation de travail
sentiment d'appartenance
syndicalisme
travail des femmes
ouvrier
logement subventionné
communauté ouvrière
études scolaires
entreprise en difficulté
migration italienne
maladie professionnelle
Association Femmes dans la cité
Dimo, Raymond
De March, Danielle
années 1930
années 1970
années 1980
années 2000

Date :
2007-03-10

Format :
fichier numérique en format compressé
mp3
1h 03min

Langue :
français
fre

Couverture :
La-Seyne-sur-Mer
43° 5'40.08''N
5°52'58.30''E

Droits :
Contrat d'utilisation signé entre l'enquêteur et l'informateur spécifiant les droits de conservation, d'archivage et de diffusion mis en oeuvre par l'association Histoire et patrimoine seynois (copie à la phonothèque).
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Archives sonores autour des femmes et des chantiers de La Seyne-sur-Mer

Type :
archives sonores
sound

Source :
3481

Citation

enquêteur : Gomis, Marcia, informateur : Rinaldi, Lucia, et commanditaire : Histoire et patrimoine seynois, “Témoignage d'une épouse d'employé des Forges et Chantiers de La Seyne-sur-Mer née dans les années 1930, sur les apports des Chantiers, l'ambiance particulière qui régnait à l'époque et les modifications apportées par la fermeture,” Portail du patrimoine oral, consulté le 20 janvier 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/116835.