Témoignage d'un ancien cheminot, chaudronnier aux ateliers SNCF d'Arles, élu meilleur ouvrier de France en chaudronnerie de cuivre en 1961

Auteur(s) :
enquêteur : Amellal, Kristel
informateur : Castello, Albert
informateur : Castello, Gilberte
commanditaire : Museon Arlaten

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9050
mmsh9050

Type :
archives sonores
sound

Description :
L'informateur, originaire de Toulon et titulaire d'un CAP en chaudronnerie, travailla pendant sept ans dans l'industrie privée. Il fit sa demande pour entrer à la SNCF et intégra les ateliers SNCF d'Arles le 3 mai 1948. En 1961, alors titulaire du grade SNCF de maître ouvrier (spécialiste), il participa au concours des meilleurs ouvriers de France. Il réalisa une pièce en chaudronnerie de cuivre très complexe, selon des plans imposés. Il la fabriqua aux ateliers d'Arles avec l'autorisation de ses chefs en dehors de ses heures de travail. Il explique comment modeler le cuivre, les détails de la pièce et les outils utilisés (marteau à boule, marteau à planer, maillet, tas plat). Il commença la conception de l'objet en octobre 1961 et y consacra une centaine d'heures. La pièce terminée fut exposée à l'Ecole d'ingénieurs de Marseille en décembre 1961. Lors de cette exposition, l'˜uvre de l'informateur fut sélectionnée pour être exposée à Paris au parc des expositions de la porte de Versailles. Il s'y rendit alors, accompagné de M. Hilaire, cheminot forgeron aux ateliers SNCF d'Arles et meilleur ouvrier de France en forge en 1948. Sur la décision du jury, l'informateur fut élu Meilleur Ouvrier de France en chaudronnerie et reçut, à la fin de son séjour, la médaille et le diplôme signé par Lucien Paye, ministre de l'éducation nationale de l'époque. Son chef-d'oeuvre est conservé au Museon Arlaten. A son retour sur Arles, l'informateur fut reçu par la Mairie d'Arles. Une fête fut donnée en son honneur, puis il reçut plusieurs médailles : la médaille d'Arles, la médaille du Conseil Général des Bouches-du-Rhône et la médaille de la SNCF. Aux ateliers d'Arles, il fêta également sa réussite avec ses collègues cheminots. Son travail aux ateliers consistait à réparer et fabriquer la carrosserie des grues Griffet. Il détaille son métier de chaudronnier. Il prit sa retraite en 1980, date à laquelle la chaudronnerie de fer cessa son activité. En dehors de son travail, l'informateur fabriquait beaucoup d'objets dans son atelier personnel : tables, lampadaires, lustres, lanternes, portes, etc. Il en donna à son entourage et reçut également des commandes de particuliers ou d'entreprises.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
récit de vie
cheminot
atelier
chaudronnerie
chaudronnier
vocabulaire technique
outil d'art et d'artisanat
forge
grue
métal
savoir-faire
toponymie
sculpture
artisanat
bricolage
cessation d'activité
chef-d'oeuvre
cuivre
Ateliers SNCF d'Arles
Chaudronnerie de fer des ateliers SNCF d'Arles
SNCF
Paye, Lucien
Hilaire (M.)
Forge des ateliers SNCF d'Arles
Atelier des roues et ressorts des ateliers SNCF d'Arles
Constructions Métalliques de Provence à Arles
1948
1961
1980

Date :
2007-12-06

Format :
1 MD
1h 03min

Langue :
français
fre

Couverture :
Arles
43°40'35.94''N
4°37'40.09''E

Droits :
Contrat de dépôt et de diffusion signé entre le Museon Arlaten et l'informateur spécifiant les droits de conservation, d'archivage et de diffusion.
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Témoignages sur les ateliers SNCF d'Arles

Type :
archives sonores
sound

Source :
2895

Citation

enquêteur : Amellal, Kristel et al., “Témoignage d'un ancien cheminot, chaudronnier aux ateliers SNCF d'Arles, élu meilleur ouvrier de France en chaudronnerie de cuivre en 1961,” Portail du patrimoine oral, consulté le 18 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/115754.