Entretien avec un ancien appelé, parti en janvier 1959 pour 5 mois, au sein d’un régiment de tirailleurs dans les Aurès, Algérie, à propos de son service militaire

Auteur(s) :
informateur : 1443

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=12236
mmsh12236

Type :
archives sonores
Sound

Description :
Affecté au 7ème bataillon des tirailleurs algériens, l’informateur est appelé en Algérie en janvier 1959 et se retrouve à Batna. Son arrivée se fait dans un régiment qui a connu des difficultés en terme de désertions, et où la méfiance est de mise. Les journées sont ponctuées par les ratissages, les fouilles d’oueds et c’est au cours d’un accrochage avec une cinquantaine de fellagas que l’informateur est blessé. Après un mois passé à l’hôpital de Batna, il est rapatrié sanitaire à Montauban et termine son service militaire au 7ème centre mobilisateur. Le retour à la vie civile se fait pour lui, en novembre 1959. Lorsqu’il évoque son départ pour l’Algérie, il se souvient de sa conscience des difficultés et des risques à venir. Il décrit l’année 1959 comme celle de la guerre et le lieu de son affectation comme un endroit isolé, pauvre et dangereux. Il dit ne pas avoir eu beaucoup de contacts avec les Algériens et les colons sur place. L’informateur parle de son régiment composé de 90% d’hommes de troupe marocains et algériens, d’officiers européens, et de quelques harkis qui étaient envoyés en opération. Il mentionne l’utilisation de méthode forte lors des opérations de fouilles des mechtas. Il se souvient aussi avoir vu nombre de militaires français tués et mutilés. S’il qualifie l’intervention en Algérie de sale guerre, il n’éprouve pas de réelle culpabilité ayant été obligé d’y participer, en tant qu’appelé. A son retour, l’informateur n’a pas souhaité raconter ce qu’il avait vécu par peur d’être mal jugé ou de passer pour un “glorieux ancien combattant”. En revanche, il s’exprime sur son intérêt envers les événements en Algérie au moment de l’entretien ; il parle de ses lectures et donne son point de vue sur différents sujets : situation politique, condition des femmes, jeunesse algérienne. Son bilan est que la souffrance éprouvée pendant cette guerre l’a aidé à relativiser dans sa vie personnelle.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
opération militaire
service militaire
ancien combattant
violence
communauté pied-noire
communauté algérienne
politique gouvernementale
guerre
armée
soldat
tactique militaire
archives militaires
hiérarchie militaire
désobéissance militaire
prisonnier de guerre
censure
torture
mort violente
exactions
souffrance
harki
guerre d'Algérie

Date :
1999-01-22

Format :
Mini-disque
1h25min

Langue :
fre

Couverture :
Tarn-et-Garonne

Droits :
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Témoignages d'appelés en Algérie résidant en Midi-Pyrénées

Type :
archives sonores
Sound

Source :
849

Citation

informateur : 1443, “Entretien avec un ancien appelé, parti en janvier 1959 pour 5 mois, au sein d’un régiment de tirailleurs dans les Aurès, Algérie, à propos de son service militaire,” Portail du patrimoine oral, consulté le 21 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121070.