Récit de vie d'une militante pied-noire du FLN née en 1920, emprisonnée en France en 1956 et poursuivant ses actions militantes à Marseille

Auteur(s) :
enquêteur : Berrekama, Kheira
informateur : Jurquet, Baya

Editeur :
Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=11342
mmsh11342

Type :
archives sonores
sound

Description :
Baya, pied-noire de 34 ans en 1954, prenait déjà une part active dans le monde associatif algérien en faveur du droit des femmes (Union des femmes algériennes) et des enfants. Elle tient à préciser qu'elle ne généralise pas le cas des pieds-noirs et évoque des personnalités militantes pieds-noires ayant lutté pour l'indépendance algérienne. Baya évoque le racisme des français et leur haine profonde (magasins maghrébins éventrés, ensemble de la population assimilée aux révolutionnaires). Les Français employaient des stratégies afin de diviser la population en privilégiant une certaine classe bourgeoise algérienne ou en privilégiant les pieds-noirs. Durant les manifestations, femmes, algériennes et européennes, étaient unies. A la fin mai 1956, une rafle a été opérée dans la Casbah où cinq cents personnes ont été arrêtées dont Baya.Bénéficiant du statut de française (née de parents français originaires de Kabylie et sans doute naturalisés français) elle est emprisonnée en France. Elle continue la lutte et mène des actions secrètes dont elle n'a jamais parlé à ses proches (pas même à son futur mari, Jacques Jurquet). Elle soutient les soldats français ayant refusé de tirer sur les Algériens ainsi que leurs familles. Baya met en valeur le rôle des femmes dans les mouvements de résistance et loue leur ingéniosité, leurs astuces pour dissimuler des armes ou communiquer. Son engagement militant était purement pacifiste et elle ne ressentait pas de haine envers l'ensemble des pieds-noirs. Elle est plusieurs fois retournée en Algérie mais est restée vivre en France même si elle n'y a pas beaucoup d'amis.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
insurrection
militantisme
communauté pied-noire
activité associative
injustice
anticolonialisme
féminisme
inégalité sociale
expatriation
maquis
désobéissance militaire
pacifisme
Front de Libération Nationale
Liechti, Alban
guerre d'Algérie
Résistance

Date :
Année universitaire 1990-1991

Format :
1 cass.
37 min

Langue :
français
fre

Couverture :
s.l.

Droits :
Contrats d'utilisation signés avec les responsables du programme universitaire.
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Celles qui n'ont pas écrit

Type :
archives sonores
sound

Source :
1083

Citation

enquêteur : Berrekama, Kheira et informateur : Jurquet, Baya, “Récit de vie d'une militante pied-noire du FLN née en 1920, emprisonnée en France en 1956 et poursuivant ses actions militantes à Marseille,” Portail du patrimoine oral, consulté le 23 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/119936.