Récit de vie d’un universitaire et de son engagement au cours de la deuxième guerre mondiale

Auteur(s) :
informateur : Jean, Raymond
enquêteur : Malvezy, Hélène-Marie

Editeur :
Phonothèque MMSH

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=10619
mmsh10619

Type :
archives sonores
sound

Description :
Aisance de l’interlocuteur, professeur d'université.
L’enquêtrice n’indique jamais le nom de son informateur si sa relation interpersonnelle mais on peut comprendre à l’écoute, qu’il s’agit d’un ancien professeur de lettres de l’Université d’Aix-en-Provence, essayiste : Raymond Jean. Né en 1925 à Marseille, il n’était alors qu’un enfant pendant les années 1930 et nous livre ses tous premiers souvenirs, tout en analysant le mécanisme de la mémoire. Il fait appel à la psychanalyse de Sigmund Freud et à Georg Groddeck pour analyser son premier souvenir conscient : le motif d’un tapis oriental. Puis il analyse ce qu’il appelle les “faux souvenirs”, créés par des photographies. Dans un premier temps, il évoque sa famille, et tout particulièrement son père, inspecteur des Douanes et homme de gauche. Du Front Populaire il retient une atmosphère de liesse politique (rencontres électorales, défilés d’ouvriers). Sur lui-même, il ne souhaite pas s’étendre sur sa période scolaire car il garde l’impression d’un monde répressif ; il ira même jusqu’à parler d’une “discipline de caserne”. En revanche il insiste sur l’avènement d’une “culture véritable”, par le biais des films et des livres. Du cinéma de l’époque il sera marqué par les premiers films de Marcel Carné comme Le jour se lève et par le cinéaste Jean Grémillon, réalisateur du Ciel est à vous. Il souligne la tendance populaire de ces films, qui ne sont pas pour autant populistes. Il n’oublie les films américains : films fantastiques, premiers westerns… Du point de vue de la littérature il cite Le sang noir de Louis Guilloux, La nausée de Jean-Paul Sartre comme reflet de cette époque. A la fin des années 1930 il est fasciné par Jean Giono, emblème du courant pacifiste. La guerre sera pour lui une grande fracture qui marque son entrée dans l’âge adulte. Il donne l’image d’une France triste, et fait un parallèle avec l’ambiance du film Le chagrin et la pitié de Marcel Ophüls. Il ne se rend compte du racisme que tardivement, lorsqu’il voit sur la carte d’alimentation de sa mère le tampon rouge : sa mère était juive. C’est alors qu’intervient sa première prise de conscience politique et intellectuelle : à l’âge de 16 ans, il s’engage dans un réseau de résistance : le FTPF (Francs Tireurs et Partisans Français) où il va avoir des responsabilités de plus en plus importantes. Il est particulièrement fier d’avoir participé à la libération de Marseille, à bord d’une jeep américaine, alors que ses parents étaient terrés dans leur cave. Il sait aussi montrer toute l’horreur de la guerre, notamment lors du bombardement du 27 mai 1944, lorsqu’une bombe éclate sous le tunnel du boulevard National. Au cours de son entretien il traverse Marseille et en particulier la topographie du quartier des Cinq Avenues jusqu’à la Blancarde. Il termine (mais l’enregistrement s'interrompt brutalement) sur un souvenir d’enfant lors d’un défilé sur le Vieux-Port lorsqu’il découvre l’esprit nationaliste arrogant qu’il a en horreur : un jeune homme sourd et muet, est sommé d’enlever sa casquette lorsque sonne la Marseillaise.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
souvenir d'enfance
séance de cinéma
littérature française
rationnement alimentaire
fascisme
maquisard
lecture
racisme
pacifisme
psychanalyse
Giono, Jean
Pétain, Philippe
Radio Londres
FTP
Croix-de-feu
Front populaire
guerre de 1939-1945
Résistance
Libération de Marseille
Bombardement de Marseille
La Marseillaise

Date :
Année universitaire 1982-1983

Format :
1 cass.
30min

Langue :
français
fre

Couverture :
s.l.

Droits :
Contrats d'utilisation signés avec les responsables du programme universitaire.
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Celles qui n'ont pas écrit

Type :
archives sonores
sound

Source :
4735

Citation

informateur : Jean, Raymond et enquêteur : Malvezy, Hélène-Marie, “Récit de vie d’un universitaire et de son engagement au cours de la deuxième guerre mondiale,” Portail du patrimoine oral, consulté le 24 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/119001.