Récit de vie d'un cheminot syndicaliste et résistant dans les années 1930 et 1940 au Maroc

Auteur(s) :
enquêteur : Védrenne, Sylvie
informateur : Chaban, André

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=10296
mmsh10296

Type :
archives sonores
sound

Description :
L'informateur a 87 ans au moment de l'enquête. Il raconte les circonstances de son départ de France pour le Maroc. En 1925, à 19 ans, il se dispute avec son père (cafetier à Libourne) et s'embarque comme veilleur de nuit sur un yacht. Il travaille ensuite aux chemins de fer, adhère en 1934 à la Ligue des Droits de l'Homme, à la Franc-maçonnerie, et crée en 1935 le premier syndicat de cheminots du Maroc affilié à la CGT. Gaulliste, il est muté à Fès, puis emprisonné en novembre 1940 à Meknès, puis dans un camp du Sud (Boudnib). Libéré en mai 1941, il crée un cabinet immobilier, préside la chambre syndicale des hommes d'affaires du Maroc (1949-1952), crée un hebdomadaire. Il participe au mouvement Combat 1943-44 dont il a été le secrétaire général pendant quelques mois. Après avoir exposé son parcours, il explique ses motivations de militant par sa foi laïque et par le spectacle de la misère ouvrière. Lui-même a été ouvrier peu de temps, à ses débuts. Le droit syndical n'existait pas au Maroc, mais en Tunisie depuis 1931. Il se souvient de l'accueil froid, par la CGT à Casablanca, de Marcel Peyrouton, qui avait persécuté les syndicats en Tunisie. L'informateur organise une grève du bâtiment à Rabat, grève dont la fin est négociée sous forme de convention collective (ce qui, selon l'informateur, n'existait pas alors au Maroc). Il raconte dans quelle circonstance Peyrouton, puis son successeur pétainiste ont été forcé de démissionner. L'informateur parle de la vie quotidienne au Maroc, de la solidarité d'alors, du caractère inimaginable pour les jeunes d'aujourd'hui de la vie en 1930. Il aborde la vie de son grand père, paysan en Dordogne, et le compare à Jacquou le Croquant. Il exprime son rapport à la mort qu'il dit ne pas craindre. Il reconnaît en revanche avoir eu peur en 1942 (lors de son séjour en camp de concentration dans le sud du Maroc). L'informatrice souhaite alors revenir à la période de la deuxième guerre mondiale au Maroc. L'informateur dit l'avoir vécue "paisiblement". Il était affecté spécial aux chemins de fer. Il parle d'une "pseudo-résistance" au Maroc pour laquelle on ne risquait pas de déportation ou de tortures. Il n'y avait pas d'après lui d'organisation de Résistance : seuls des individus, "des actions sporadiques et tout à fait personnelles". En tant que secrétaire général adjoint à Combat, il est établi dans un bureau rue Michelet à Alger. Il obtient l'accès au restaurant parlementaire et demeure choqué, tout en en profitant, par l'opulence qui contraste avec les conditions de vie de la population algéroise. Il évoque le désordre politique au retour en France. Il raconte une anecdote dans laquelle De Gaulle inspecte des résistants. Il dénonce l'escroquerie des médailles de la résistance. Au camp, dans le sud marocain, la plupart étaient là pour des faits antérieurs à la déclaration de guerre. Il dénonce enfin l'inaction des communistes durant la guerre. Enfin, l'enquêtrice l'interroge sur sa vie en tant que journaliste, ce qui est l'occasion pour l'informateur d'énumérer les journaux qu'il a créé et de parler de sa vocation pour l'écriture.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
récit de vie
syndicalisme
cheminot
Franc-maçonnerie
militantisme syndical
organisation de la résistance
foi
militantisme politique
Pétain, Philippe
LDH
Noguès, Charles
De Gaulle, Charles
années 1920
années 1930
années 1940
guerre de 1939-1945
Résistance

Date :
1983

Format :
1 cass.
1h 17min

Langue :
français
fre

Couverture :
s.l.

Droits :
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Celles qui n'ont pas écrit

Type :
archives sonores
sound

Source :
4120

Citation

enquêteur : Védrenne, Sylvie et informateur : Chaban, André, “Récit de vie d'un cheminot syndicaliste et résistant dans les années 1930 et 1940 au Maroc,” Portail du patrimoine oral, consulté le 8 décembre 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118438.