Témoignage d'un ouvrier-tailleur sur les années 1930 et 1940 à Aix-en-Provence

Auteur(s) :
enquêteur : Doukovska, Ramona
informateur : Antoin, M.

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=10350
mmsh10350

Type :
archives sonores
sound

Description :
L’informateur est arménien, né en 1921, il est apprenti-tailleur à Aix-en-Provence dès 1933. Avec un salaire de cinq francs par semaine, il balaye et fait les commissions pour le tailleur. Il évoque le rythme des saisons de travail dans ce métier. Le dimanche, seul jour de repos, il joue au ballon. Dans sa famille de trois garçons et une fille, seul son père travaille. La famille vit dans deux pièces jusqu’en 1939. L’informateur évoque les loisirs en famille, le sport, la fréquentation de l’église. A cause de ses origines, il se souvient de certaines marques de racisme à l’école mais l’informatrice ne le questionne pas davantage à ce sujet. Parce qu’il est bien habillé et de part son métier en général, il est amené à fréquenter des enfants bourgeois. Au milieu des années 1930 il est informé de loin sur la situation politique, sur la guerre d’Espagne par le journal Rouge-Midi. Il parle de la méfiance envers les communistes à cette époque, et de la symbolique de la couleur rouge. Son frère coiffeur est empêché de travailler à cause d’une loi de 1932 pour un quota d’ouvriers étrangers en entreprise. Il est contraint de travailler à son compte. L’informateur retrace brièvement le parcours de son frère durant la guerre. Il évoque ensuite longuement le rationnement alimentaire et l’organisation du marché noir. Puis l’occupation allemande, le travail obligatoire à Marseille auquel il est appelé. Il parle ensuite du pétainisme en France. L’informatrice le relance alors sur la période du Front Populaire. C’est l’occasion pour l’informateur d’analyser la portée du mouvement gréviste à Aix-en-Provence (notamment la grève des confiseries). Il dresse ainsi un tableau général de la population d’Aix-en-Provence à cette époque, de la position et de la conscience politique de chacun (celle des fonctionnaire). Il est ainsi amené à parler du dynamise entre classes sociales, et se souvient de familles voulant marier leurs filles avec des Gadz’Arts et des Saint-Cyriens. En fin d’entretien il évoque son adhésion à l'association Jeunesse Ouvrière Chrétienne, mais l’enquêtrice n’exploite pas l'information. Tout au long de l’entretien, la technique de l’enquêtrice est hésitante, sa relative méconnaissance de la période pousse parfois l’informateur à l’éclaircir sur des faits ou dates élémentaires.

Sujet(s) :
enquête
récit de vie
couturier
arménien
grève
loisirs
marché noir
rationnement alimentaire
confiserie
relation entre classes sociales
ouvrier
bourgeoisie
Pétain, Philippe
Jeunesse ouvrière chrétienne
années 1930
années 1940
Occupation allemande
Front populaire
crise des années 1930
Loi du 10 Aout 1932

Date :
1983-12-18

Format :
1 cass.
59min

Langue :
français
fre

Couverture :
s.l.

Droits :
Document en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
Celles qui n'ont pas écrit

Type :
archives sonores
sound

Source :
4148

Citation

enquêteur : Doukovska, Ramona et informateur : Antoin, M., “Témoignage d'un ouvrier-tailleur sur les années 1930 et 1940 à Aix-en-Provence,” Portail du patrimoine oral, consulté le 18 janvier 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/118418.