Récit de vie d’un libraire européen resté à Alger jusqu’en 1968

Auteur(s) :
enquêteur : Bracco, Hélène
informateur : 1196
interv. : Bracco, Michel

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9986
mmsh9986

Type :
archives sonores
sound

Description :
L’informateur est né en Algérie où il a exercé le métier de libraire. Son grand-père est arrivé en Algérie pour des raisons de santé avant de d’être engagé comme expert comptable à la Banque d’Algérie. Par la suite il rachète plusieurs librairies pour créer une entreprise d’imprimerie, papeterie et librairie. Sa grand-mère, d’origine espagnole est née à Alger. Elle est issue d’une riche famille de commerçants possédant la moitié des terres de Bab-el-Oued et une entreprise de transport maritime. L’interlocuteur est resté en Algérie jusqu’en 1968 où il a exploité sa librairie héritée de son grand-père dans le centre d’Alger. Il estime que l’insurrection algérienne a été suscitée par les Américains qui fournissaient des armes aux insurgés et les auraient montés contre les Français. Demeurant en Angleterre pendant la seconde Guerre Mondiale, il n’a senti que de superficiels indices d’une montée de la révolte. Il a été touché par les vagues d’attentats puisque l’une de ses librairies a été plastiquée. L’informateur décrit une cohabitation conflictuelle entre Français et Algériens après l’indépendance de l’Algérie. Il évoque les actes de rançonnage, d’intimidation, d’expropriations et les vols. A cette même époque, l’interlocuteur a commencé à rencontrer des problèmes commerciaux, le poussant en 1968 à quitter l’Algérie. L’augmentation des frais de douanes, l’imposition sur le prix de vente et les délais de livraison fluctuant en fonction de la retenue des bateaux en rade d’Alger, les difficultés pour récupérer la marchandise une fois débarquée rendaient son métier très compliqué. Cela d'autant plus que sa clientèle se réduisait même si de nouveaux acheteurs (Tchécoslovaques et Russes) apparaissaient sur le marché. Il aurait souhaité que le gouvernement français puisse transformer sa librairie en centre culturel français mais les discordes internes n’ont pas permis au projet d’aboutir. L’interlocuteur s’exprime ensuite sur le coup d’Etat de Boumédiene. Les relations qu’il entretenait avec les autorités se sont alors compliquées de même que les problèmes fiscaux. Il évoque également sa scolarité en Algérie, en particulier au lycée d’Alger dénommé par la suite Lycée Bugeaud puis Lycée Abd el Kader. L’interview se termine par une anecdote sur la vente de livres comptables à un groupe de personnes d’origine mozabite.

Sujet(s) :
enquête
parole
communauté pied-noire
colonialisme
attentat
commerce
douane
insurrection
racisme
intégration culturelle
intégration sociale
libraire
identité nationale
expropriation
Ben Bella, Mohammed
Boumédiène, Houari
De Gaulle, Charles
Organisation de l'armée secrète
Front de Libération Nationale
guerre d'Algérie
indépendance de l'Algérie
insurrection algérienne
Accords d'Evian
1954
1945
Décret Crémieux
guerre de 1939-1945

Date :
1993

Format :
1 cass.
46min 37s

Langue :
français
fre

Couverture :
Aix-en-Provence
43°31'29.67''N
5°27'14.92''E

Droits :
contrats d’utilisation et de diffusion signés avec l’enquêteur
Extrait en ligne et réutilisation non commerciale autorisée

Relation(s) :
L'autre face "Européens" en Algérie indépendante

Type :
archives sonores
sound

Source :
4008

Citation

enquêteur : Bracco, Hélène, informateur : 1196, et interv. : Bracco, Michel, “Récit de vie d’un libraire européen resté à Alger jusqu’en 1968,” Portail du patrimoine oral, consulté le 21 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/117915.