Témoignage d'une femme de salarié des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer née dans les années 1930 à propos de l'action syndicale de son époux et des relations du jardin d'enfants avec la vie des employés des chantiers

Auteur(s) :
enquêteur : Gomis, Marcia
informateur : Dauban, Marguerite
commanditaire : Histoire et patrimoine seynois

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9545
mmsh9545

Type :
archives sonores
sound

Description :
Cet entretien est le second pour l'informatrice, directrice d'un jardin d'enfants et épouse d'un salarié des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer, avec la même enquêtrice. Elle retrace tout d'abord les débuts de carrière de son mari aux Forges et Chantiers de La Seyne-sur-Mer. Dyslexique, il n'a aucun diplôme et il se forme sur le tas au métier d'électricien aux chantiers. Très dévoué et révolté par les injustices, il entre au syndicat et monte rapidement dans la hiérarchie. Ils se marient en juin 1955. C'est pour elle sa première année au jardin d'enfants en tant que responsable. Elle soutient l'action syndicale de son mari et l'aide aussi à faire connaître l'activité du syndicat. Tous les deux chrétiens, ils appartiennent à l'action catholique ouvrière et partagent là encore des responsabilités. A l'époque, les ouvriers travaillent au minimum 9 heures par jour, mais certains font des heures supplémentaires, des nuits parfois. Pour répondre à la demande de rentabilité, certains prennent des risques inconsidérés. En tant que syndicaliste, son mari prévient les hommes des dangers qu'ils prennent, s'opposant ainsi aux chefs de chantier. Au jardin d'enfants, les employées de l'informatrice sont peu considérées. Au départ, assimilées à des balayeuses, elles obtiennent le statut d'ouvrier au plus bas échelon, avec un abattement de 10 pour-cent supprimé après des années de revendications lors des commissions paritaires auprès de la municipalité. L'indispensable même dans une école est l'objet de haute lutte (boîte à pharmacie, toilettes, ...). L'informatrice nous renseigne sur la condition des femmes, mises les premières au chômage, au salaire toujours bien plus bas, n'occupant que des postes subalternes et devant "tenir leur rang" pour celles qui travaillent, alors que beaucoup sont sans emploi. Cette situation dure de nombreuses années, jusqu'à ce qu'une femme prenne la direction du centre médico-social.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
récit de vie
chantier naval
colère
condition de travail
condition sociale de la femme
école communale
grève
inégalité sociale
militantisme syndical
ouvrier
relation homme-femme
religion
rémunération
sécurité au travail
solidarité
syndicalisme
travail des femmes
vie politique
action sociale
émancipation féminine
Merle, Toussaint
Action Catholique Ouvrière
Scaglia, Charles
années 1930
années 1940
années 1960
années 1970
années 1980
mai 1968

Date :
2008-12

Format :
44,1 khz - 16 bits
fichier numérique au format WAVE
1h

Langue :
français
fre

Couverture :
La-Seyne-sur-Mer
43° 5'40.08''N
5°52'58.30''E

Droits :
Contrat d'utilisation signé entre l'enquêteur et l'informateur spécifiant les droits de conservation, d'archivage et de diffusion mis en oeuvre par l'association Histoire et patrimoine seynois (copie à la phonothèque).
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Archives sonores autour des femmes et des chantiers de La Seyne-sur-Mer

Type :
archives sonores
sound

Source :
3313

Citation

enquêteur : Gomis, Marcia, informateur : Dauban, Marguerite, et commanditaire : Histoire et patrimoine seynois, “Témoignage d'une femme de salarié des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer née dans les années 1930 à propos de l'action syndicale de son époux et des relations du jardin d'enfants avec la vie des employés des chantiers,” Portail du patrimoine oral, consulté le 23 mai 2022, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/116903.