Témoignage d'une habitante de La Seyne-sur-Mer née dans les années 1940, Pied-Noire d'origine et fille d'horloger-bijoutier, au sujet de l'activité des Chantiers navals de La Seyne-sur-Mer et de son ressenti par rapport à la fermeture

Auteur(s) :
enquêteur : Gomis, Marcia
informateur : Nonn, Marie-Christine
commanditaire : Histoire et patrimoine seynois

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=9593
mmsh9593

Type :
archives sonores
sound

Description :
L'informatrice est née en 1949 à Tlemcen (Algérie). Après avoir vu la guerre, elle arrive en France en 1961 et à La Seyne-sur-Mer en 1962. Son père est bijoutier et ouvre une boutique cours Louis Blanc à La Seyne-sur-Mer. Il trouve rapidement un appartement au Floréal (cité Berthe), où il reste jusqu'à son décès. Excellent artisan, sa clientèle est très large. Il connait ainsi presque tous les ouvriers des Chantiers navals de La Seyne-sur-Mer. Les enfants suivent leur scolarité dans des établissements privés. L'informatrice se marie jeune et a rapidement des enfants. Elle se souvient des Chantiers comme d'un lieu de vie animé (les grues, le pont, le petit train, ...). Les ouvriers qu'elle connaissait travaillaient très bien. Dans les années 1960, l'ambiance à La Seyne-sur-Mer était très dynamique : un marché tous les jours, des commerces nombreux, trois salles de cinéma, un théâtre, de nombreuses fêtes et carnavals.. Tout le monde savait quand il y avait solde, la vie quotidienne était facile, les services publics (eau, électricité ...) étaient en plein centre. Elle se souvient que de nombreuses femmes travaillaient aux Chantiers, soit dans les bureaux, soit en tant que lingères, ou à la cantine en tant que cuisinières ou femmes de salle. Graduellement, dans les années 1970, des activités ont cessées. Dans les années 1980, de nombreuses manifestations ont eu lieu. Elle se rappelle les dernières, silencieuses, auxquelles tous participaient à La Seyne-sur-Mer. Pour elle, la chute de la ville est due à la fermeture des Chantiers. En effet, beaucoup vivaient sur leur activité. Mais pour elle, celles qui ont le plus souffert de cet évènement, sont les femmes : elles n'avaient pas de soucis financier avant, c'est alors que beaucoup ont du se mettre à travailler pour élever leurs enfants. La mairie a créé des emplois pour elles. De nombreux divorces ont eu lieu, des drames aussi (certains ouvriers ont sombré dans l'alcool, d'autres sont morts jeunes).

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
récit de vie
chantier naval
amitié
cessation d'activité
communauté pied-noire
condition de vie
éducation des enfants
entraide
entreprise en difficulté
grève
baptême de navire
licenciement
intégration sociale
marché
relation homme-femme
chômage
solidarité
travail des femmes
retour
pont
migration
Association Gaspar
années 1960
années 1970
années 1980
guerre d'Algérie

Date :
2007-05-01

Format :
44.1khz - 16bits
2 fichiers numériques au format WAVE
50min

Langue :
français
fre

Couverture :
La-Seyne-sur-Mer
43° 5'40.08''N
5°52'58.30''E

Droits :
Contrat d'utilisation signé entre l'enquêteur et l'informateur spécifiant les droits de conservation, d'archivage et de diffusion mis en oeuvre par l'association Histoire et patrimoine seynois (copie à la phonothèque).
Consultation en ligne et réutilisation sur autorisation

Relation(s) :
Archives sonores autour des femmes et des chantiers de La Seyne-sur-Mer

Type :
archives sonores
sound

Source :
3346

Citation

enquêteur : Gomis, Marcia, informateur : Nonn, Marie-Christine, et commanditaire : Histoire et patrimoine seynois, “Témoignage d'une habitante de La Seyne-sur-Mer née dans les années 1940, Pied-Noire d'origine et fille d'horloger-bijoutier, au sujet de l'activité des Chantiers navals de La Seyne-sur-Mer et de son ressenti par rapport à la fermeture,” Portail du patrimoine oral, consulté le 15 août 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/116850.