Entretien par Michel Seurat auprès d’un informateur inconnu sur le massacre de Hama de février 1982

Auteur(s) :
enquêteur : Seurat, Michel (1947-1986)
informateur :

Editeur :
Phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Contributeur :
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Notice originale :
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=12309
mmsh12309

Type :
archives sonores
Sound

Description :
dialecte de Hama
Michel Seurat s’entretient avec un informateur inconnu qui se trouvait à Hama lors des évènements de février 1982. L’informateur raconte qu’au soir du mardi 2 février, il se trouvait chez lui quand il a commencé à entendre des coups de feu et le muezzin lançant des “Allah Akbar” et appelant à prendre les armes. Selon lui, des Frères musulmans armés, dont beaucoup de jeunes, ont alors commencé à défiler dans les rues. Il fait état de rumeurs qui circulent le lendemain sur le meurtre de Baathistes : 93 auraient été exécutés, dont une famille entière. Il raconte ensuite la bataille qui a commencé à midi entre les Forces spéciales et les groupes armés résistant dans la ville, ainsi que le début des bombardements le jeudi suivant. Il explique que sa famille et lui, ainsi que les autres habitants du quartier, sont alors descendus se réfugier dans les abris. Il évoque la rumeur rapportant la mort du chef des Frères musulmans à Hama, ‘Umar Jawad (l’informateur mentionne aussi le nom de ‘Adnan Jawad, faisant probablement référence à ‘Adnan ‘Uqla). Il raconte que le quatrième jour, la nourriture commençait à manquer dans les abris. Il évoque aussi l’arrivée des forces spéciales venues chercher des suspects, de façon très violente (notamment en exécutant des jeunes hommes en plein rue), tandis que l’armée régulière vient distribuer des vivres et rassurer les habitants dans les abris. Il raconte qu’après quelques temps, certains habitants sont sortis des abris pour quitter la ville, tandis que d’autres familles, dont la sienne, étaient obligées de rester, faute de moyens. Selon lui, la situation s’est améliorée la semaine suivante. Il relate par ailleurs les tensions qui ont lieu dans les abris. Finalement, il raconte qu’au 20 février, ses voisins ont réussi à obtenir une voiture militaire pour quitter la ville et l’ont fait sortir avec sa famille, qui s’est acheminée vers Damas. L’informateur évoque les dégâts matériels subis par son quartier. Selon lui, les dommages ont été beaucoup moins importants que dans le quartier d’al-Hader ou de Kilaniyye dans l’ancien centre-ville. Par ailleurs, il fait état des estimations quant aux pertes humaines : pour certains elles s’élèveraient à environ 2000 morts, tandis que pour d’autres on en compterait 10.000. L’informateur évoque aussi la situation du Front national progressiste et de ses deux figures principales : Abdelghani Qanout et Abdelaziz ‘Uthman. L’enregistrement s’arrête brusquement à la minute 18:19 sur une question de Michel Seurat qui demande à l’informateur s’il est retourné à Hama.

Sujet(s) :
enquête
témoignage thématique
massacre
siège militaire
armée
résistant armé
bombardement
insurrection
Frères musulmans
Front national progressiste

Date :
1982 ca

Format :
1 cass.
18min 20s

Langue :
arabe
ara

Couverture :
s.l.

Droits :
Contrat signé avec la dépositaire. Recherche des ayants droit en cours.
Consultable sur autorisation

Relation(s) :
Enquêtes de terrain par Michel Seurat : enregistrements de manifestations et d’entretiens réalisés au Liban et en Syrie entre 1981 et 1985

Type :
archives sonores
Sound

Source :
3268

Citation

enquêteur : Seurat, Michel (1947-1986) et informateur :, “Entretien par Michel Seurat auprès d’un informateur inconnu sur le massacre de Hama de février 1982,” Portail du patrimoine oral, consulté le 23 janvier 2020, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/121396.